RMC

Aux Etats-Unis, le vote par correspondance au centre des débats

Depuis des semaines le président Trump martèle que le vote par correspondance facilite la fraude. A Atlanta, la capitale de l’Etat de Géorgie, les électeurs le plébiscitent.

A quelques jours de l'élection présidentielle, certains américains ont déjà déposé leurs votes. Ce sont ceux qui le font par correspondance comme c'est par exemple possible en Géorgie. 

Selon des estimations, ce sont 40% des électeurs américains qui comptent voter par lettres postales. Cela permet de gagner du temps et d’éviter les longues files d’attentes devant les bureaux de vote, un aspect non négligeable en temps de coronavirus. Pour l'instant, 47 millions de votes par anticipation ont été comptabilisés, alors qu'il reste 12 jours pour voter. Soit à peu près huit fois plus qu'en 2016 à période identique.

Son enveloppe blanche et jaune à la main, Kyle s’apprête à voter par correspondance. Une première pour ce dessinateur de 31 ans qui réside dans ce quartier cosy d’Atlanta. “C’est mon bulletin de vote. Je dois trouver l’urne de mon quartier pour le déposer et voter”, indique-t-il. 

L’urne est là, installée à l’entrée de la bibliothèque municipale. Le jeune homme glisse délicatement son pli à l’intérieur.

“C’est fait. À voté pour 2020. Je suis super content. (…) J’ai hâte que Trump dégage. Il me dégoûte en tant que candidat et représentant de notre pays. Et je pense que si on change de chef d’Etat, on remettra le pays dans le droit chemin”, assure-t-il. 

Pour lui, ce vote par courrier est sans hésitation le plus moyen le facile et le plus sûr de s’exprimer. “Dans une grande ville comme la nôtre, c’est super pratique. C’est bien mieux pour éviter d’attraper le coronavirus ou de le diffuser. Pour moi, c’est la manière la plus intelligente de voter. J’aimerais que ce soit vraiment généralisé à travers le pays”, espère-t-il. 

Les Républicains contre ce type de vote

Pourtant, depuis des semaines, Donald Trump pointe du doigt cette méthode qui faciliterait les fraudes. Il a même incité ses partisans à en profiter pour participer deux fois au scrutin. 

Une prise de position dénoncée par Billy Honor, l’un des responsables d’une association qui encourage les électeurs à se mobiliser en Géorgie.

“Les cas fraudes électorales dans notre pays sont quasiment inexistants. C’est clairement pour des raisons politiques que les Républicains ont changé d’avis. Il n’y a pas d’autres explications sauf celle d’un vote par correspondance qui ne leur serait pas assez favorable”, explique-t-il. 

Le camp républicain a tout tenté ces dernières semaines pour limiter le vote par correspondance. Les financements de la Poste américaine, chargée de collecter une partie des bulletins, ont été réduits par l’administration Trump. Mais pour Stacey Sebir-Brown, représentante des postiers de Géorgie, les employés de la Poste font leur maximum pour que ces bulletins soient acheminés.

“On fait du mieux qu’on peut, on fait des heures supplémentaires, on a recruté pour remplacer des employés malades du covid. Nous les facteurs, on vote aussi bien souvent par correspondance. Donc nous voulons nous assurer que nos bulletins arrivent en temps et en heure pour être pris en compte pour l’élection”, indique-t-elle.

En Géorgie, les bulletins de vote sont collectés jusqu’à vendredi prochain mais interdiction de les dépouiller avant le mardi 3 novembre, le jour de l’élection.

TRUMP-BIDEN, DUEL POUR LA MAISON BLANCHE

Episode 1 - A Miami, les banques alimentaires prises d'assaut à cause de la crise du coronavirus

Episode 2 - Présidentielle américaine: face à la crise, le réveil du vote latino?

Episode 3 - Avec ces Américains qui tentent de se soigner sans couverture santé

Episode 4 - Comment une communauté de retraités de Floride voit l'affrontement entre Donald Trump et Joe Biden

Episode 5 - Aux Etats-Unis, le vote par correspondance au centre des débats

Episode 6 - La Géorgie, état rural et soutien indéfectible de Donald Trump

Nicolas Ropert et Caroline Philippe avec Guillaume Descours