RMC

Festivités du 14-Juillet, demi-finale de la CAN: "Au niveau de la sécurité, on peut s'inquiéter de ce qu'il va se passer ce soir"

Défilé militaire, concert et feu d’artifice... de nombreuses festivités sont prévues ce dimanche pour le 14 juillet et la célébration de la Fête nationale. Mais un autre événement pourrait être source de problèmes: la demi-finale de la Coupe d'Afrique des Nations. Alors, le dispositif de sécurité est-il suffisant?

Journée sous surveillance à Paris. Pour éviter des débordements en marge des festivités du 14 juillet, un impressionnant dispositif de sécurité est prévu ce dimanche soir. Il y aura au minimum 3.200 forces de l'ordre en soirée à Paris.

Il leur faudra notamment sécuriser la tour Eiffel et le Champ-de-Mars ou on attend 500.000 personnes pour le concert géant suivi du feu d’artifice à 23 heures. Mais aussi d’autres lieux comme les Champs-Elysées, traditionnel lieu de fête lors de grands événement dans la capitale.

Un même dispositif pour l'ensemble des lieux sécurisés

A chaque endroit, le même dispositif: un périmètre de protection instauré à partir de 14 heures, jusqu'à demain matin 1 heure. Zone interdite aux véhicules, fouilles de sacs aux points d'entrée et palpations si besoin et à l'intérieur de ces deux périmètres de sécurité, l'alcool est prohibé. Les bars restaurant ont pour consigne de ranger leur terrasse à partir de 19 heures.

La préfecture de police a aussi pris un arrêté pour interdire tout rassemblement des "gilets jaunes" à Paris. Un appel à la mobilisation a été lancé sur les réseaux sociaux: 12.000 personnes assurent vouloir s'y rendre.

En plus des 3.200 policiers mobilisés, des escadrons de gendarmerie mobiles à moto viendront s'ajouter au dispositif. Une de leur mission: surveiller les supporters de l'équipe de foot d'Algérie ce soir à l'issue de la demie finale de coupe d'Afrique des nations, Algérie-Nigeria. Le match se terminera à 23 heures, pile au moment où sera tiré le feu d'artifice.

"Ce qui est le plus à craindre c’est les débordements dans les banlieues"

Alors, le dispositif de sécurité est-il suffisant? Sûrement pas, pour Denis Jacob du syndicat Alternative Police CDFT. L'essentiel des forces ne doit pas se concentrer seulement dans la capitale, il faut surtout surveiller les banlieues à l'issue du match de foot.

"Ce qui est le plus à craindre c’est les débordements qu’on va pouvoir connaître dans les banlieues et ce qu’on appelle les quartiers difficiles. Je rappelle qu’on a déjà l’habitude chaque année d’avoir des scènes de violences dans la soirée du 13 au 14 juillet. C’est d’autant plus à craindre que c’est cumulé à cet événement de Coup des nations. Les moyens lourds de maintien de l’ordre ne sont pour le moment pas prévus, c’est-à-dire notamment des canons à eau. On peut s’inquiéter de ce qu’il va se passer ce soir et s’interroger si les moyens sont suffisamment dimensionnés".
Romain Poisot et Martin Juret (avec Caroline Petit)