RMC

Guerre en Ukraine: après de nouvelles frappes russes, 80% des habitants de Kiev sans eau potable

Moscou a bombardé plusieurs régions d'Ukraine, ce lundi. Plus de 50 missiles ont été tirés. Des frappes qui ont plongé certains quartiers de Kiev dans le noir et privé d'eau les habitants.

L'armée russe a bombardé plusieurs régions d'Ukraine, ce lundi matin. Une attaque massive visant les infrastructures ukrainiennes. Plus de 50 missiles et drones ont frappé 10 régions et endommagé 18 installations, selon le Premier ministre ukrainien Denis Chmyhal. Le maire de Kiev déplore 350.000 foyers sans électricité. Et 80% des habitants de la capitale sont privés d'eau.

Devant une fontaine publique de la capitale, des centaines d'Ukrainiens font la queue, bidons vides à la main. Pas de quoi saper le moral d'Oleksii pour autant.

“L’eau est le moindre de mes soucis, je peux toujours venir en chercher ici. Ce qui est grave, c’est quand des gens meurent. C’est ça, le problème”, confie-t-il.

Les commerçants subissent aussi cette coupure d'eau. Anastasia, restauratrice, s'est aussitôt adaptée. “On n’a plus d’eau dans notre café. On a donc commandé toute l’eau qu’on pouvait à proximité. On a même commencé à proposer des plats à emporter. On est prêt à tout, rien ne nous fait peur”, assure-t-elle.

Attaquer pour masquer ses faiblesses

Le maire de Kiev Vitali Klitschko dénonce la volonté de nuire à la population. “Les Russes veulent que les gens soient sans chauffage, sans eau, sans électricité cet hiver. Ils veulent que toute la population de Kiev meure de froid”, indique-t-il.

Pour la Russie, ces bombardements sont un moyen de masquer ses échecs militaires, analyse Emmanuel Dupuy, spécialiste des questions de défense et de sécurité.

"La Russie est en train de se défendre. Elle n’attaque plus, elle ne conquiert plus de territoire. Mais c’est une façon qu’a la Russie de montrer qu’elle est toujours à l’offensive”, estime-t-il.

La mairie de Kiev espère réparer les infrastructures endommagées dans les prochaines heures.

Kévin Gasser avec Guillaume Descours