RMC

Guerre en Ukraine: deux soldats russes condamnés à 11 ans de prison pour avoir bombardé des villages

Deux soldats russes ont été condamnés à 11 ans de prison pour avoir tiré le 24 février, à l'aide de lance-missiles depuis la Russie, sur des "infrastructures critiques et des immeubles d'habitation". Ils avaient été capturés dans la foulée, après la destruction de leur colonne entrée en Ukraine.

Un tribunal ukrainien a condamné mardi à 11 ans et demi de prison deux soldats russes accusés d'avoir bombardé au lance-missile multiple deux villages dans la région de Kharkiv, dans l'est du pays, au premier jour de l'invasion.

Alexandre Bobykine et et Alexandre Ivanov ont été reconnus coupables de "violation des lois et coutumes de la guerre", à l'issue d'un procès qui avait commencé mi-mai près de la ville de Poltava, a annoncé le parquet général d'Ukraine sur Telegram. Selon le parquet, les deux accusés ont "totalement reconnu leur culpabilité".

Les deux soldats, un conducteur-chargeur et un artilleur, étaient accusés d'avoir tiré le 24 février, à l'aide de lance-missile multiple "Grad" depuis la région de Belgorod en Russie, sur des "infrastructures critiques et des immeubles d'habitation" des villages de Kozatchia Lopan et une école à Veterynarné, dans la région de Kharkiv.

Un soldat russe recherché pour viol

Selon l'accusation, ils avaient ensuite franchi la frontière ukrainienne et poursuivi les bombardements. Après la destruction de leur colonne militaire, les deux soldats avaient été capturés par l'armée ukrainienne.

Le 23 mai, la justice ukrainienne avait déjà condamné à la prison à vie un sous-officier russe de 21 ans, Vadim Chichimarine, pour le meurtre d'un civil. Il s'agissait du premier militaire russe à être jugé pour crime de guerre depuis le début de l'invasion de l'Ukraine le 24 février.

La procureure d'Ukraine Iryna Venediktova a annoncé lundi l'ouverture de la première affaire concernant un viol commis par des militaires russes. L'affaire vise un soldat russe accusé du meurtre d'un civil et du viol de sa femme lors de l'occupation de la ville de Brovary, près de Kiev. L'accusé n'a toutefois pas été arrêté et est "actuellement recherché", selon Mme Venediktova. Le parquet enquête aussi sur deux autres militaires russes accusés d'avoir torturé des civils à Tcherniguiv, dans le nord de l'Ukraine.

G.D. avec AFP