RMC

"Il est arrivé trois fois devant l'aéroport, trois fois il a été refoulé par les Américains": son mari afghan bloqué à Kaboul, elle témoigne sur RMC

Afghanistan: les premiers Français évacués de Kaboul attendus à Roissy cet après-midi

Afghanistan: les premiers Français évacués de Kaboul attendus à Roissy cet après-midi - AFP

Depuis la prise de Kaboul par les talibans le quotidien de Julie est devenu un cauchemar. Elle a beau remuer ciel et terre, impossible de trouver une solution de rapatriement pour son mari afghan, bloqué là-bas.

Le pont aérien entre le France et l'Afghanistan se poursuit, deux nouveaux avions sont arrivés à l'aéroport de Roissy dimanche soir et ce lundi. Mais le chaos et le flou qui règnent sur place compliquent les procédures et certains sont laissés sur le carreau.

À 50 ans, Shabaz est Afghan mais vit en France, à Paris, depuis fin 2005, avec sa femme Julie, elle-même française. En visite à Kaboul début août après le décès de son père, il est désormais bloqué dans la capitale afghane. Malgré tous ses efforts, et un titre de séjour valide jusqu’en 2025, impossible de regagner la France.

Depuis la prise de Kaboul par les talibans le quotidien de Julie est devenu un cauchemar. Elle a beau remuer ciel et terre, impossible de trouver une solution de rapatriement pour son mari: "J'ai écrit aux différents ministères, à l'ambassadeur, à France Diplomatie, à monsieur Macron, mais je me sens assez délaissée".

>> A LIRE AUSSI - La prise de pouvoir des talibans peut-elle faire craindre un retour de la menace terroriste en France?

Menacé par un soldat américain

Le temps presse: Shabaz est sous traitement il ne lui reste des médicaments que pour 5 jours, il n’a plus d’argent. Alors il a tenté de rejoindre l’aéroport de Kaboul, en vain: "C'était absolument infernal, il y avait des milliers de personnes devant lui. Il est arrivé trois fois devant la porte d'entrée de l'aéroport, et trois fois il a été refoulé par les soldats américains. L'un d'eux l'a même menacé, il lui a dit: 'dégage ou je tire'".

Et à chaque appel sur Whatsapp c’est désormais la peur que Julie ressent dans la voix de Shabaz: "Je suis très stressé, je n'ai pas mangé, je n'ai pas dormi, c'est très difficile". D’autant que la violence des talibans Shabaz la connaît, il l’a vécue il y a 20 ans en Afghanistan et espère pouvoir la fuir une seconde fois. 

>> A LIRE AUSSI - Afghanistan: que dit la charia, la loi islamique que veulent imposer les talibans?

Romain Houg (avec G.D.)