RMC

Iran: Hadis Najafi, 20 ans, tuée parce qu'elle manifestait après la mort de Mahsa Amini

En Iran, les manifestations continuent, plus de dix jours après la mort en détention de Masha Amini, arrêtée par la police des moeurs. Plus de 50 personnes auraient été tuées dans ces protestations dont Hadis Najafi, jeune femme de 20 ans. Elle est devenue l'un des nouveaux visages de la révolte dans le pays.

Hadis Najafi, jeune femme iranienne âgée d'une vingtaine d'années, a été tuée par les forces de l'ordre, alors qu'elle protestait contre la mort en détention de Masha Amini, qui avait été arrêtée par la police des moeurs.

Elle est devenue l'un des nouveaux visages de la révolte en Iran. C'est sa soeur qui a prévenu, ce dimanche, une journaliste et activiste iranienne, de sa mort. Masih Alinejad a indiqué sur twitter: "Elle s'appelait Hadis Najafi. Sa sœur m'a dit [...] qu'elle a été tuée de 6 balles dans la ville de Karaj".

Nombreux hommages sur les réseaux sociaux

Dans un autre tweet, la journaliste ajoute qu'elle "doit devenir un autre symbole comme Mahsa Amini, car elle n'a pas gardé le silence face à la tyrannie".

Attention, la photo de droite présente dans ce tweet est une issue d'une vidéo largement publiée sur les réseaux sociaux où on voit une jeune femme se nouer les cheveux avant de rejoindre les manifestants. De nombreuses personnes disent qu'il s'agit d'Hadis Najafi, mais ça ne serait pas le cas, selon la BBC.

Un message bouleversant, qui aurait été écrit par la soeur de la victime, a été publié sur Instagram: "Vous, les salauds, lui avez tiré une balle dans le cœur. Pourquoi lui avez-vous tiré une balle dans le cou, la main et le front? De combien de balles avez-vous besoin pour tuer une fille qui ne pesait que 40 kg? Peu importe le prix, nous viderons ces balles sur vous. Attendez juste".

Un mouvement protestataire d'ampleur

Sur Twitter, un hashtag portant le nom d'Hadis Najafi a été créé. Grâce à celui-ci, des milliers de personnes rendent hommage à la jeune femme et transmettent leurs messages de soutien.

Depuis un peu plus de dix jours, un mouvement protestataire traverse le pays. Déclenché par la mort de Mahsa Amini, le 16 septembre 2022, les manifestations ne cessent de prendre de l'ampleur, malgré une répression très violente.

Plus de 1.000 arrestations

D'après Iran Human Rights, une ONG basée à Oslo, au moins 54 manifestants sont morts dans ce soulèvement populaire et plus de 100 personnes auraient été blessées. Un bilan différent de celui officiellement communiqué par les autorités iraniennes, qui font état de 41 morts, incluant manifestants et forces de l'ordre.

Amnesty International précise que leurs "chercheuses et chercheurs mobilisés ont recueilli des preuves de l'utilisation illégale par les forces de sécurité iraniennes de grenaille de plomb et autres billes métalliques, de gaz lacrymogènes, de canons à eau et de coups de matraque pour disperser les manifestants". Parallèlement, plus de 1.000 personnes ont été arrêtées, selon les autorités.

Astrid Bergere