RMC

Italie: Giorgia Meloni officiellement nommée présidente du Conseil a présenté son gouvernement

Après sa victoire aux élections générales du 25 septembre dernier, Giorgia Meloni a officiellement été nommée présidente du Conseil et va présenter son gouvernement de coalition.

L'Italie tourne la page Draghi. La présidente du parti Fratelli d'Italia, Giorgia Meloni, a officiellement été nommée présidente du Conseil des ministres italien par le président Sergio Matarella, au Palais du Quirinal de Rome.

Victorieuse des élecions générales du 25 septembre dernier, la première femme nommée à la tête du gouvernement italien, a présenté dans la foulée la liste de ses ministres, dont l'équilibre entre les différents partis sera forcément scrutée.

En coalition avec la Ligue de Matteo Salvini et Forza Italia de Silvio Berlusconi, la présidente Fratelli d'Italia doit déjà faire face à plusieurs passes d'armes sur la répartition des postes et la ligne politique du nouveau gouvernement.

Parmi cette liste de 24 noms dont six femmes, Giancarlo Giorgetti, ancien ministre du Développement économique sous Mario Draghi, membre de la Ligue de Matteo Salvini, est nommé ministre de l'Economie. Fidèle de l'ancien président du Conseil, il est considéré comme l'un des représentants les plus modérés et pro-européens de la Ligue.

L'ancien président du Parlement européen et membre de Forza Italia, Antonio Tajani, est vice-président du Conseil aux Affaires étrangères. Quand à Matteo Salvini, le leader de la Ligue, il est aussi nommé vice-président du Conseil, mais à un portefeuille moins prestigieux: celui de l'Infrastructures et des Transports, alors que le préfet de Rome, Matteo Piantedosi, est nomém à l'Intérieur. Le nouveau gouvernement prêtera serment ce samedi à 10h.

Dans un contexte de forte inflation et dans un pays criblé de dettes, le nouveau gouvernement aura de nombreux défis à relever. Les Italiens sont fortements impactés par la dépendance de la péninsule au gaz russe et les factures de chauffage n'ont cessé de grimper, même si l'ancien ministre de la Transition écologique Roberto Cingolani a déclaré mi-octobre que les stocks italiens étaient pleins et la "saison hivernale (sera) calme".

La relation avec Bruxelles du nouveau gouvernement sera scrutée. Si Fratelli d'Italia n'est plus un parti pour la sortie de l'euro, la nouvelle présidente du Conseil a promis de défendre plus les intérêts italiens face à Bruxelles. La relation avec la France sera aussi regardée de près, notamment avec les propos de la diplomatie française suivant l'élection de Giorgia Meloni où Paris s'était dit "vigilant sur l'État de droit", provoquant l'ire de la nouvelle locataire du Palazzo Chigi. La nomination de Salvini aux Transports remettra aussi le dossier du tunnel ferroviaire à grande vitesse Turin-Lyon sur la table, projet dont le président de l'ex-Ligue du Nord est un fervent défenseur.

https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez Journaliste RMC