RMC

"Je suis allé dans la chambre des petits et tout avait disparu": ce Français fait une grève de la faim pour revoir ses enfants au Japon

TEMOIGNAGE RMC - Son fils et sa fille ont été enlevés par sa femme, une Japonaise, il y a 3 ans. Vincent ne les a jamais revu depuis.

Il demande à voir ses enfants. Vincent Fichot, un Français de 40 ans habitant à Tokyo, se bat pour revoir son fils et sa fille. Sa femme, une Japonaise, est partie avec eux il y a 3 ans. Il ne les a jamais revus depuis.

Il n’oubliera pas ce 10 août 2018. Il rentre de son travail dans une banque japonaise. Sa maison est vidée, sa femme japonaise est partie avec ses deux enfants Tsusaba, trois ans, et Kaedé, 11 mois.

“Je suis allé dans la chambre des petits et tout avait disparu. J’ai appelé mon épouse qui ne me répondait pas au téléphone et je me suis rendu compte que mes enfants avaient été enlevés”, indique-t-il.

Des kidnappings nombreux

230.000 euros d’avocats et de détective privé englouti et pas une seule nouvelle de ses enfants et de sa femme depuis ce jour. A 300 mètres du stade olympique de Tokyo où aura lieu la cérémonie d’ouverture des JO le 23 juillet, Vincent Fichot, tapis de sport sous les fesses et bouteilles d’eau à proximité, a démarré une grève de la faim samedi.

“J’ai tout essayé, il ne me reste plus que ça. Mais ce n’est pas un cri de désespoir, c’est une action logique du fait que rien ne se passe et que notre gouvernement ne fait pas le nécessaire”, appuie-t-il.

Vincent Fichot est allé devant l’ONU et la Cour européenne des droits de l’homme pour que le Japon respecte les conventions internationales qu’il a signées. Les Nippons font la sourde oreille.

Ces kidnappings parentaux légaux sont légion dans l’archipel. Avec la fenêtre médiatique offerte par les JO, il tente ce coup de force avec l’espoir de faire plier un Etat qui n’a jamais voulu l’aider.

Morgan Maury et Léna Marjak avec Guillaume Descours