RMC

L'importation des produits issus de terres déforestées interdite au niveau européen

Cette photographie aérienne montre une zone de déforestation de l'Amazonie, le 15 septembre 2021.

Cette photographie aérienne montre une zone de déforestation de l'Amazonie, le 15 septembre 2021. - Mauro Pimentel / AFP

Les Européens se sont mis d’accord hier pour exclure les marchandises liées à la déforestation. Une loi va permettre d'interdire l’importation des produits issus des terres gagnées sur la forêt.

C'est une première mondiale. Une législation qui autorise ou interdit l'importation d’un produit non pas en fonction de ce qu’il est, de ce qu’il contient mais en fonction de son lieu de production. Le parlement européen a en effet voté une loi pour exclure les marchandises liées à la déforestation et interdire leur importation. Six produits sont concernés: le café, le cacao, le bœuf, le bois, l’huile de palme et le soja. L’ambition c’est qu'à l'avenir, en achetant par exemple du café, partout en Europe vous puissiez être sûr que pour produire ce café, on n’a pas détruit de forêt.

De fortes sanctions

Avoir cette garantie, parait compliqué. L’idée c’est d'obliger les importateurs de bœuf par exemple à déclarer d'où viennent leurs produits. Pas de quel pays ou de quelle région mais précisément sur quelle parcelle les bœufs ont été élevés, en donnant des coordonnées GPS. Ensuite, grâce à des photos satellites on peut vérifier que les terres en question n’ont pas récemment été gagnées sur la forêt. Si les photos montrent qu’avant le 31 décembre 2020, les champs étaient déjà des champs alors le bœuf peut être importé en Europe. Si au contraire les photos montrent que les champs étaient encore une forêt il y a deux ans, alors la viande ne pourra pas être importée.

>>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités 

Pascal Canfin, député européen, un des artisans de ce texte, donne un exemple précis: Danone, leader mondial des produits laitiers, élève des vaches pour produire le lait et importe du soja pour nourrir ses vaches. Avec cette loi, Danone devra vérifier que ce soja n’a pas été produit en détruisant des hectares de forêt au Brésil ou en Indonésie. Si l'entreprise ne le fait pas, le géant de l'agroalimentaire risque une très forte amende qui pourrait atteindre 4% de son chiffre d'affaires en Europe. Pareil pour Ikea qui devra vérifier le lieu d’origine du bois de ses meubles. Pareil pour Nestlé pour son chocolat.

Une usine à gaz?

Peut-être que cette loi sera une nouvelle usine à gaz, une nouvelle norme européenne inapplicable, avec des fonctionnaires payés pour tenter de la faire respecter et des sanctions, des complications qui entraineront une hausse des prix. Mais on peut aussi avoir une vision plus optimiste et espérer que cette législation ralentira le rythme de la déforestation.

L’an dernier, le Brésil a détruit des forêts sur une surface équivalente à celle de l’Ile-de-France. A l'échelle de la planète c’est l'équivalent d'un terrain de football détruit toutes les six secondes, soit dix terrains de foot par minute. En trente ans, c’est une surface équivalente à celle de l'Union européenne qui a été déforesté soit 420 millions d’hectare. L'Europe a une responsabilité dans cette catastrophe écologique. Le fond mondial pour la nature, WWF, estime que les importations de l’Union européenne sont à l’origine de 16% de la déforestation. L’Europe, par sa consommation est le deuxième destructeur des forêts tropicales, derrière la Chine mais devant les Etats-Unis.

Si cette nouvelle législation se montre efficace, on pourrait aller plus loin et c'est ce qui est prévu. Dans un deuxième temps, d’autres produits seront concernés comme le maïs, le caoutchouc, ou le papier. Les écologistes voudraient aussi que cette législation s’applique, pas seulement pour protéger les forêts mais aussi pour sauvegarder les savanes. Enfin l’étape suivante, ce serait de demander aux banques ce que l’on demande aujourd’hui à l’industrie agro-alimentaire, c'est -à -dire de vérifier qu’elles ne financent pas des projets agricoles qui nécessitent d’arracher des arbres, sous peine de sanction.

Nicolas Poincaré