RMC

L'unique clinique pratiquant des IVG dans le Missouri menacée de fermeture imminente

L'unique clinique pratiquant des avortements dans l'Etat américain du Missouri est confrontée à une menace imminente de fermeture.

"Une vraie crise de santé publique", l'organisation "Planned Parenthood" qui gère la structure ne peut cacher son inquiétude. Dans quelques heures, pour la première fois depuis 1973, l'avortement pourrait ne plus être possible dans l'un des états américains. En effet, dans le Missouri, la dernière clinique d'avortement de l'état va peut-être perdre son autorisation d'exercer. 

Cette dernière clinique d'avortement est accusée par les autorités de ne pas être aux normes de sécurité. La clinique répond que certaines exigences des autorités sont déraisonnables. La licence d'exploitation arrivant à échéance, la structure se voit refuser le renouvellement de celle-ci "à moins que les médecins n'acceptent de se soumettre à un interrogatoire inapproprié qui est à la limite du harcèlement", selon Planned Parenthood.

L'Etat du Missouri chercherait un moyen de faire cesser les avortements sous un faux prétexte. C'est un moyen beaucoup plus efficace que les lois très restrictives sur l'avortement, votées ces dernières semaines dans une dizaine d'Etats dont le Missouri qui interdisent d'avorter après huit semaines de grossesse.

Un nombre d'avortements historiquement bas 

Les dirigeants savent qu'elle est illégale mais même si ça va prendre des mois, voire des années, ils espèrent remonter jusqu'à la Cour Suprême. Donald Trump vient d'y nommer des nouveaux juges conservateurs qui pourraient annuler la légalité de l'avortement dans tous le pays. 

Vendredi, le gouverneur républicain du Missouri, Mike Parson, s'était réjoui que son Etat ait "atteint le plus bas niveau historique d'avortements, passant de 20.000 à 3.000 IVG par an". "En travaillant ensemble, on peut continuer à aider les habitants du Missouri à choisir la vie", a-t-il ajouté.

L'avortement restera théoriquement possible dans un hôpital par exemple, mais il faudra trouver un médecin qui accepte de la pratiquer. 

Cédric Faiche avec Julien Vattaire