RMC

Marlène Schiappa tacle François-Xavier Bellamy sur ses positions anti-IVG

Avant les européennes, Marlène Schiappa a taclé François-Xavier Bellamy pour sa position sur l'IVG, l'accusant de ne pas avoir condamné les décisions de l'Alabama.

Invité de M comme Maïtena ce lundi, Marlène Schiappa la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, a adressé un petit tacle à François-Xavier Bellamy, tête de liste des Républicains aux européennes, qui a plusieurs fois assuré être contre l'avortement à titre personnel.

"Je suis frappée de voir qu’il y a une tête de liste chez les Républicains qui se prononce à titre personnel contre l’IVG et ne donne pas à titre politique ce qu’il votera s’il est élu", a-t-elle assuré sur RMC lundi.

Pas de condamnation de l'Alabama ?

"Ce matin il a été interrogé sur les régressions sur l’IVG en Alabama, il a refusé de le condamner", a ajouté Marlène Schiappa alors que l'état d'Alabama aux Etats-Unis vient de revenir en arrière en interdisant l'avortement. "Il refuse de condamner le fait qu’il y ait un état qui fasse courir à des médecins 99 ans de prison pour avoir pratiqué un avortement", a-t-elle conclu.

LaREM veut porter le "pacte Simone Veil"

Interrogée sur les ambitions européennes, elle a assuré que le gouvernement voulait porter devant l'UE le "pacte Simone Veil", du nom de l'ancienne ministre qui légalisa l'IVG en 1975: "nous voulons harmoniser les droits des femmes partout en Europe et par le haut. Jusqu’à présent l’Europe n’a pas assez protégé les femmes", a estimé Marlène Schiappa.

Pour autant elle assure que l’idée "n’est pas d’interdire d’interdire l’IGV. Quand vous êtes une femme et que vous vivez dans un pays qui n’autorise pas l’IVG, et bien le droit européen pourrait permettre de faciliter cet accès ailleurs", a-t-elle conclu.

Guillaume Dussourt