RMC

Mobilisation partielle en Russie: week-end le plus chargé de l'année à la frontière finlandaise

Bouchons à la frontière entre la Russie et la Finlande, côté Russie, le 22 septembre 2022

Bouchons à la frontière entre la Russie et la Finlande, côté Russie, le 22 septembre 2022 - OLIVIER MORIN / AFP

Après l'annonce, par la Russie, de la mobilisation partielle pour la guerre en Ukraine, de nombreux Russes ont tenté de fuir le pays. Avec 17.000 entrées environ, les gardes-frontières finlandais ont annoncé, ce lundi, avoir enregistré le week-end le plus chargé de l'année concernant des entrées de Russes.

Environ 17.000 Russes sont entrés en Finlande via la frontière terrestre ce week-end, après l'annonce par Vladimir Poutine, mercredi, de la mobilisation partielle pour la guerre en Ukraine.

"Ce week-end a été le plus chargé de l'année en termes de trafic depuis la frontière est", a déclaré à l'AFP Mert Sasioglu, un responsable de l'autorité frontalière.

Samedi, 8.572 Russes sont entrés en Finlande via la frontière terrestre, pour 4.199 sorties vers la Russie, et 8.314 sont entrés dimanche, pour 5.068 sorties, selon les statistiques publiées lundi.

La Finlande va restreindre l'accès aux Russes

Ce niveau est le double, environ, de ce qu'il était il y a une semaine, avant l'appel à la mobilisation. Pour autant, ce nombre est inférieur à celui enregistré avant la pandémie de Covid-19.

La Finlande a annoncé vendredi qu'elle allait "significativement restreindre" dans "les prochains jours" l'accès des Russes au pays nordique.

Les citoyens russes dotés d'un visa Schengen européen de tourisme, même valide, vont être, sous peu, refoulés à la frontière, même quand le visa est émis par un autre pays que la Finlande.

D'autres pays concernés

"Avec les restrictions, il est possible que les tentatives de franchissement illégal augmentent", a souligné Mert Sasioglu.

Samedi, quatre personnes suspectées de vouloir franchir la frontière illégalement ont été interpellées. Elles ont toutes les quatre demandé l'asile, d'après les autorités finlandaises.

La Finlande n'est pas le seul pays à voir arriver de nombreux Russes. C'est le cas en Norvège, en Géorgie ou encore en Turquie.

L'annonce de cette mobilisation partielle a suscité l'indignation d'une partie des habitants. Des manifestations ont éclaté dans plusieurs régions du pays, dans lesquelles plus de 2.300 personnes ont été interpellées, selon l'ONG OVD-Info. Ce lundi, un commissaire de l'armée a été touché par un tir d'arme à feu dans un centre de recrutement de l'armée, en Sibérie.

AB avec AFP