RMC

"On ne voyait plus le soleil": situation très critique en Australie à cause des incendies

Depuis septembre, l'Est de l'Australie est ravagé par les feux. Six millions d'hectares ont brûlé en quatre mois, soit une surface équivalente à deux fois la Belgique. Au moins 20 personnes sont décédées.

Les incendies en Australie pourraient encore s'aggraver. Un nouveau pic de chaleur est attendu et les températures pourraient dépasser les 40 degrés avec des rafales de vents soutenues. Des ordres d'évacuation ont été donnés pour ce week-end, mais certains habitants et touristes se sont retrouvés coincés sur la côte. 

Certains ont des masques sur le visage. L'air est, en effet, vicié par les incendies voisins dont les fumées obscurcissent le ciel. Quelques valises ou gros sacs pour tout bagage, ces touristes et habitants de la ville de Mallacoota s'apprêtent à partir enfin. Réfugiés sur les plages, ils vont fuir les incendies par la mer. Des bateaux de l'armée les attendent. "Il y a de la fumée partout ; c’est juste terrifiant. J’ai hâte de partir d’ici", témoigne une femme. "J’ai eu très peur parce que c’était énorme. Mais je suis juste contente de sortir d’ici", ajoute une enfant. 

Maxime, lui a été déjà été évacué.

"On ne voyait plus le soleil. Pendant cinq jours ça a été très compliqué de respirer, ils distribuaient des masques. Le ciel était orange. La première évacuation n’a pas été obligatoire. Le 1er janvier, ils nous ont dit que c’était mieux de partir, mais que si vous restiez, c’était à vos risques et périls. Nous, on a décidé de rester parce que comme on était près de la mer, on s’est dit que c’était plus sûr que de prendre la route dans la mesure où il y a des feux de partout. Et le lendemain par contre l’évacuation était obligatoire. On ne s’y attend pas en fait, c’est assez impressionnant. On est vraiment minuscule et il n’y a rien qui arrête ça", raconte ce Français qui vit en Australie.

1300 maisons détruites

D'autres habitants ont choisi la route, d'où de très importants ralentissements. Car comme l’explique Scott Morisson le Premier ministre australien, fuir n'est pas sans danger. 

"Le nombre de personnes essayant de se mettre en lieu sûr est très important. Quand les gens essayent de se déplacer dans ces circonstances, ils se mettent en danger eux-mêmes", affirme-t-il.

La région touchée est la plus peuplée de ce pays-continent. Au moins 20 personnes ont péri dans les incendies depuis le mois de septembre, mais des dizaines d'autres sont encore portées disparues. Plus de 1300 maisons ont déjà été réduites en cendres.

Claire Checcaglini avec Guillaume Descours