RMC

Qui est Elizabeth Holmes, l'"arnaqueuse" de la Silicon Valley?

"LE PORTRAIT DE POINCA" - Cette entrepreneuse américaine accusée d’escroquerie. Son procès vient de commencer en Californie.

C’est l’histoire d’une ascension fulgurante, suivie d’une chute brutale. Elizabeth Holmes était la major de sa promo à l’université de Stanford. Au bout d’un an, elle a tout juste 19 ans, lorsqu'elle quitte la fac pour monter sa propre entreprise dans le domaine du diagnostic médical.

Au sein de Theranos, elle a mis au point une machine révolutionnaire pour faire des tests sanguins. Avec une simple goutte de sang, elle affirme pouvoir faire 200 analyses différentes. Et donc obtenir des tests, moins chers et plus rapides que tous les autres laboratoires classiques.

La Silicon Valley s’enflamme. Elizabeth Holmes fait la “Une” de Forbes et de Business Week. On la compare à Steve Jobs ou à Bill Gates. Les capitaux afflux et sa fortune est vite estimée à quatre milliards de dollars. Elle est la plus jeune milliardaire du monde et elle vit en dépensant sans compter. Bill Clinton parle d’elle comme d’un "prodige" et Joe Biden comme d’une "visionnaire".

Une grande manipulatrice

Et puis en 2015, un article du Wall Street Journal affirme que ces machines ne marchent pas. Elles n’ont jamais vraiment été expertisées. Ces machines n'ont jamais vraiment fonctionné. Et selon le parquet, l'ex-entrepreneuse a trompé ses partenaires pour lever des fonds -- plus de 700 millions de dollars en tout.

Or, Elizabeth Holmes a beaucoup menti pour attirer des capitaux et cacher des résultats décevants. La jeune milliardaire fait l’objet d'enquêtes des autorités financières puis d'enquêtes pénales.

Douze accusations -- de fraude et d'association de malfaiteurs -- pèsent contre Elizabeth Holmes, qui avait quitté l'université de Stanford avant d'en être diplômée pour lancer son entreprise en 2003, à 19 ans.

Son procès devait commencer en juillet, mais il a été retardé pour lui laisser le temps d'accoucher. Il a finalement commencé mercredi, et va durer 13 semaines et passionne l'Amérique. 

L’accusation va faire venir des témoins qui racontent avoir reçu de fausses analyses indiquant qu’ils avaient le Sida ou un cancer alors que ce n'était pas le cas. Ou bien l’inverse.

" 8 millions de résultats"

L'avocat d'Elizabeth Holmes a ensuite pris la parole pour dépeindre une jeune femme travailleuse qui a "commis des erreurs", qui a "échoué" à réaliser son rêve et qui a "tout perdu". Il a assuré que l'accusée croyait, et croit encore, à sa technologie, voulant pour preuve le fait qu'elle utilisait elle-même ces tests et en procurait à sa famille. 

Il a fait valoir les nombreux brevets déposés par Theranos et les 235 tests (cholestérol, fer, hormones, maladies...) qui pouvaient être réalisés à partir de quelques gouttes de sang. "Theranos a généré 8 millions de résultats de tests, et nous pensons que le gouvernement a trouvé 20 résultats inexacts", a-t-il indiqué.

L'affaire de la "fausse voix"

Le juge Edward Davila a demandé aux jurés de ne discuter de l'affaire avec personne et de ne pas consulter les réseaux sociaux pendant le procès, qui est parti pour durer au moins 13 semaines. Elizabeth Holmes elle-même pourrait décider de s'exprimer.

Il faut dire que l'ex-étoile montante a connu une chute d'autant plus brutale que sa fortune était évaluée à 3,6 milliards de dollars par Forbes en 2014. C'était alors la plus jeune milliardaire n'ayant pas hérité de sa fortune. 

L'entrepreneuse vedette est maintenant considérée comme une grande manipulatrice et on l’accuse de tout. Par exemple, elle était connue pour sa voix très grave qui lui donnait l’air très sérieuse. 

Magnifique voix profonde, mais la presse raconte maintenant que, même cela... est faux. Dans la vie, elle parle avec une voix bien plus normale. En tout cas, elle risque bien 20 ans de prison.

Nicolas Poincaré