RMC

"Une journée comme les autres": en Allemagne il n'y a ni commémorations ni jour férié le 8-Mai

En Allemagne, la date du 8 mai revêt un tout autre sens. Il n’y a aucune commémoration outre-Rhin et le jour est un jour ouvré comme les autres.

Tandis que la majorité de la planète célèbre le 8-Mai la fin de la Seconde Guerre Mondiale après l'annonce de la capitulation de l'Allemagne Nazie, outre-Rhin cette journée ressemble aux autres et n'est même pas un jour férié. Une situation compliquée pour les plus jeunes qui n'ont pas connu cette période.

C’est ainsi avec regret qu’Eva jeune Berlinoise ne commémorera rien aujourd’hui : "Le 8-Mai, c’est pour nous un jour comme les autres. Ce n’est pas férié. On travaille quand ça tombe en pleine semaine. Et on oublie que c’est la fin de la guerre".

Ne pas avoir peur du sujet

Mais les Allemands tentent tout de même de commémorer à leur manière. Maria et Nico deux trentenaires, viennent se souvenir de la Seconde guerre mondiale devant le mémorial de la Shoah à Berlin : "On en parle à la maison. Ma mère est passionnée par cette période. Et elle nous en a parlé jeune, pour qu’on n’ait pas peur du sujet", raconte Maria.

"On en a beaucoup parlé à l’école. On a même visité un camp de concentration. Il ne faut pas oublier", ajoute Nico.

La période elle, est largement évoquée à l'école et notamment le 8-Mai: "Ce jour-là, il y a toujours le sujet qui est mis sur le tapis par les profs d'histoire", raconte Stéfanie Ritouet, professeure d'histoire dans un lycée de Berlin.

"Un sujet qui amène des émotions"

Mais l'exercice reste toutefois difficile pour l'enseignante: "C'est toujours un sujet qui amène des émotions. On ne sait pas trop les gérer, dans quelle mesure on est responsables, ce qu'on peut dire sur nos parents, qu'est ce-que je raconte quand je suis à l'étranger, je n'ose pas trop dire que je suis Allemande parce que c'est un peu honteux".

Signe malgré tout que les mentalités évoluent, ce sera l’an prochain, pour les 75 ans de la fin de La guerre que l’Allemagne organisera de vraies commémorations

Thomas Chupin, Nicolas Ropert (avec G.D.)