RMC

La France commence (enfin) à accueillir les Afghans qui l'ont aidé contre les Talibans

-

- - AFP

56 interprètes sont menacés de mort en Afghanistan parce qu'ils ont aidé l'armée française jusqu'en 2012. 7 mois plus tard, une dizaine de ces Afghans sont arrivés en France. Parmi eux, Mohamed Kachef, 62 ans.

C'est un dossier que RMC suit depuis le mois d’avril. 56 interprètes sont menacés de mort en Afghanistan parce qu'ils ont aidé l'armée française jusqu'en 2012. Et depuis, malgré les promesses de l'armée française de ne pas les laisser tomber, ils attendaient un visa pour trouver refuge en France. En mai dernier, sous la pression d'un collectif d'avocats, Laurent Fabius a accepté de réétudier leur dossier.

7 mois plus tard, une dizaine de ces traducteurs afghans sont arrivés en France, avec ou sans leur famille. D'autres doivent arriver encore dans les prochaines semaines, dont une famille de 9 personnes le 5 novembre.

Parmi les Afghans déjà en France, Mohamed Kachef. Il a 62 ans. Il est arrivé avec ses deux fils depuis le 17 octobre dernier. Ils ont quitté Kaboul avec une simple valise et vivent pour l'instant dans un centre d'accueil pour réfugiés à Saint-Denis, dans un petit appartement. 

"Les Talibans tuent les interprètes"

Pendant sept ans, Mohamed a été interprète des soldats français en mission dans les montagnes. Un métier vu comme une trahison pour les Talibans, forçant Mohamed à quitter l'Afghanistan. "Les Talibans sont très méchants quand ils capturent les interprètes", explique-t-il. "Ils les tuent."

Et face à la menace, ses deux fils ont dû partir également. Une décision difficile pour Romal, 17 ans, qui se dit "fatigué" et "un peu triste". "Ici, je n’ai pas d’amis..." lâche-t-il.

La famille doit obtenir prochainement une carte de séjour qui leur donnera droit à des aides, mais Mohamed le répète: il veut travailler. "Je n’aime pas quand on me donne de la nourriture gratuitement. J'aime le travail."

A Kaboul, Mohamed Kachef a laissé Amina, son épouse, qui n'imagine pas mener une vie loin de l’Afghanistan...

Céline Martelet