RMC

Les habitants de la Ferté-sous-Jouarre pleurent Angela, décédée dans le drame de Sept-Sorts

La ville de la Ferté-sous-Jouarre est toujours sous le choc après le décès d'Angela, 12 ans, dans le drame de la pizzeria de Sept-Sorts en Seine-et-Marne. Les parents et le frère de la victime font partie des blessés.

Pour les habitants de la Ferté-sous-Jouarre, difficile de se remettre du décès d'Angela, tuée lundi soir lors du drame de la pizzeria de Sept-Sorts. Ses parents et son petit frère ont été blessés dans l'attaque. Toute la famille vivait à la Ferté et était appréciée de beaucoup dans les environs.

Mercredi, une centaine de personnes étaient venues se recueillir sur les lieux du drame. Roger a dû consoler son petit neveu, élève dans le même collège que la jeune fille décédée: "C'était son amie, ils ont passé toute l'année ensemble. Il va s'en remettre, mais il a quand même du mal. Ce qui va être dur c'est quand il va reprendre l'école"

La victime était très impliquée dans la vie associative de la ville. Jordane, la présidente de son club de danse, est sous le choc: "Elle avait beaucoup de copines, elle était très joviale. A l'école ça va être difficile pour les filles de son cours. Tout le monde est tellement choqué que je n'ose même pas appeler la famille ou quoi que ce soit".

"Il faut laisser un peu de temps à la famille"

Une douleur partagée par les habitants. Le maire Ugo Pezzetta reçoit de nombreux appels: "Des habitants demandent si un hommage va être fait, beaucoup d'enfants se manifestent pour prendre des nouvelles de la famille, du petit frère. Quelque chose sera fait, mais je demande aux gens de patienter, il faut laisser un peu de temps à la famille". Une marche blanche en hommage aux victimes devrait avoir lieu prochainement.

Le conducteur, David Patterson, 32 ans, a été mis en examen ce mercredi pour "meurtre aggravé par la minorité de la victime". Il a été déclaré pénalement responsable après un examen psychiatrique qui a mis en évidence "un syndrome dépressif moyen, mais aucune abolition ni altération du discernement".

Martin Cadoret et Amélie Rosique (avec P.B.)