RMC

Métaux lourds, herbicides... Ces polluants que l'on retrouve dans nos cheveux

Une étude de l'ONG Génération Futures révèle la présence importante de polluants dans les organismes. Parmi eux, des métaux lourds, mais également des herbicides.

Métaux lourds, des herbicides et des additifs interdits… Autant de choses que l’on retrouve dans nos cheveux. L'ONG Générations Futures dévoile ce jeudi les résultats d’une étude effectuée sur 46 personnes dont 41 enfants dans toute la France, de zones rurales et urbaines. 

Un nouveau test permet de détecter environ 1.800 polluants organiques et plus de 40 métaux. Un test proposé par le laboratoire Serfi ToxSeek. Il coûte 260 euros et permet de tester la présence ou non de 1.800 polluants et 40 métaux et métaux lourds, tous suspectés d'être des perturbateurs endocriniens. Ce test fait ressortir les molécules qui reviennent de façon régulière dans notre organisme, c'est à dire qu'on ne parle pas de toxicité aigue mais chronique, avec des risques à long terme...

Des résultats inquiétants

Et le résultat est inquiétant. Marie Dupin, journaliste à RMC ainsi que Brune, la fille de la rédactrice en chef de la matinale de RMC, âgée de 10 ans, se sont prêtées à ce test tout comme une quarantaine d'enfants de toute la France et également toute l'équipe de Générations Futures. Soit au total, 46 personnes. 

Les résultats montrent la très grande variété des polluants auxquels nous sommes exposés. En ce qui concerne Marie Dupin, on retrouve des phtalates utilisés notamment par l'industrie cosmétique mais aussi un herbicide, le Butraline, qui est pourtant interdit dans l'Union européenne, possible cancérogène et reprotoxique. On retrouve aussi un retardateur de flamme (matériels électroniques, sièges en mousse synthétique...) dont l'Anses, l'agence de sécurité sanitaire, admet les risques potentiels pour la santé. 

Dans les cheveux de Brune, on découvre aussi un additif utilisé dans l'alimentation animale, l'éthoxyquine, normalement interdit en Europe à cause des risques pour la santé humaine. On retrouve aussi du Deet, un répulsif insecticide.

Présence de métaux lourds

Sur l'ensemble du test les molécules chimiques le plus fréquemment retrouvées sont des intermédiaires de synthèses, des composés chimiques non directement mis sur le marché dans des produits de consommation mais utilisés par l'industrie pendant la synthèse d’autres produits.

Et puis des métaux lourds: du plomb, du mercure, dans des proportions considérées comme inquiétantes à long terme par le laboratoire. L’OMS classe le plomb et le mercure parmi les 10 produits chimiques gravement préoccupants pour la santé publique. 

Alors à quel est l’utilité de faire ce test? Individuellement, il sert à identifier les polluants les plus présents dans notre environnement, et essayer de les éliminer même si ça parait très compliqué. En tous cas, cela peut participer à une prise de conscience de la population.

D'autant plus que ces résultats vont d'ailleurs dans le sens d'une étude scientifique de l'Inserm menée sur 529 garçons et leurs mères (cohorte Helix) qui montre qu'une partie des maladies chroniques et des troubles du neuro-transmetteur chez les enfants, est due à des facteurs environnementaux.

Enfin, cela permet à Générations Futures de savoir quels sont les polluants que l'on retrouve le plus dans la population notamment les intermédiaires de synthèse, et d'alerter les autorités sur la présence de molécules chimiques interdites et de métaux lourds. 

Marie Dupin