RMC
Exclusivité

"Un peu moins que ça...": sur RMC, Miss France 2023 révèle à demi-mots son salaire

C'est la rentrée pour Indira Ampiot, Miss France 2023, qui débute cette nouvelle année par une tournée des médias. Ce mardi, la Guadeloupéenne était l'invitée des "Grandes Gueules" sur RMC et RMC Story où elle en a profité pour évoquer son salaire et une cause qui lui tient à cœur, la lutte contre le cancer.

Indira Ampiot, la Miss France 2023 prend ses fonctions. Après avoir été élue le 17 décembre dernier, Miss Guadeloupe, 18 ans, s'est installée à Paris pour débuter son année de miss. Et cette année débute après les fêtes par une première tournée des médias avant de nombreuses opérations tout au long de l'année.

Ce mardi, l'étudiante en communication était l'invitée des "Grandes Gueules", sur RMC et RMC Story. Et pour affronter au mieux les studios de radio, les plateaux de télévision et son mandat, une expérience nouvelle pour elle, Indira Ampiot est évidemment encadrée par toute une équipe.

Un salaire mensuel autour de 3.000 euros

Ce qui ne l'a pas empêchée de répondre aux interrogations des "Grandes Gueules" sur son salaire. À la question posée, Indira Ampiot a d'abord estimé que c'était assez indiscret". À l'évocation de la somme de 3.000 euros nets mensuels, Miss France 2023 a corrigé estimant son salaire à "un peu moins que ça", une somme qui dépend également "des partenariats, des posts sur les réseaux sociaux et de chaque événement".

Mais pas question de faire n'importe quoi. Indira Ampiot est accompagnée: "J'ai une très bonne équipe, je suis toujours encadrée dans chacune de mes sorties. Je n'ai pas vraiment un coaching mais je suis encadrée et 'briefée', on n'est pas lâché dans la fosse aux lions comme ça", explique-t-elle.

Et il faut représenter la France:

"Je représente la France, on est Français donc on est élégants, il y a une image à avoir", assure Miss France 2023 avant d'évoquer la lutte contre le cancer, la cause qu'elle souhaite partager pendant son mandat.

Faire avancer la lutte contre le cancer

"On représente la France, on a des idées à représenter et à défendre et il vaut mieux s’orienter vers ça (plutôt que la politique notamment, ndlr). Moi je préfère évoquer ma cause, la lutte contre le cancer et cette année je vais essayer essentiellement de représenter cette cause", défend Indira Ampiot. Une cause qui tient à cœur à la Guadeloupéenne, en hommage à sa grand-mère elle-même morte d'un cancer.

Sur le plateau des "Grandes Gueules", Barbara Lefebvre note que la Guadeloupéenne pourrait ainsi permettre de faire avancer la question du scandale du chlordécone. Car cet insecticide qui malgré son interdiction en France, à longtemps continué à être utilisé en Guadeloupe et en Martinique pour la culture de la banane, est responsable de nombreux cancers de la prostate aux Antilles françaises.

G.D.