RMC

Plan grand froid: "une personne sur deux qui appelle le 115 est rejetée"

-

- - AFP

Les températures baissent fortement en cette fin d'année, avec de nombreux risques pour les sans-abris, malgré le déclenchement du plan grand froid.

Le plan grand froid est activé dans de nombreux départements de la moitié nord du pays. Déclenché par les départements, il permet de renforcer les maraudes, et d'ouvrir des bâtiments publics comme hébergements d'urgence. Il se met en place quand les températures ressenties sont négatives en journée, et entre -5° et -10° la nuit.

Samedi, on attend jusqu'à -6° dans les Hauts-de-France et dans le Grand Est, -7° en Normandie. Le plan grand froid devant durer jusqu'au 3 janvier, les associations venant en aide aux sans abris se mobilisent.

"Nous vérifions s’il n’y a pas un risque vital"

Selon Guy Lessieux, responsable des actions de solidarité pour l'Ordre de Malte France, tout le monde ne veut pourtant pas rejoindre un centre d’accueil. "Nous allons au chevet des sans-abris afin de leur proposer de les conduire dans un foyer d’hébergement. Et lorsqu’ils refusent, nous leur donnons des couvertures, des boissons chaudes, de la nourriture et nous vérifions s’il n’y a pas un risque vital dans leur état de santé. Si c’est le cas nous appelons les pompiers pour qu’ils soient transportés à l’hôpital".

"Parmi eux, il y a parfois des familles avec des jeunes enfants"

Malgré ce dispositif, les hébergements d'urgence ne sont pas en nombre suffisant. Selon Florent Gueguen, directeur de la fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale, "une personne sur deux qui appelle le 115 est rejetée". "Nous avons mesuré: sur 45 départements, il y a 25000 personnes qui ont appelé, et la moitié n’a pas obtenu d’hébergement. A Lyon, peu ou prou, 2000 personnes appellent le 155 régulièrement et n’obtiennent pas d’hébergement. Il y a d’ailleurs eu un sans-abri qui est décédé la nuit dernière, probablement de froid. A Paris il y avait encore la nuit dernière entre 200 et 300 personnes qui ont sollicité le 115 et qui n’ont pas obtenu d’hébergement. Et parmi eux, il y a parfois des familles avec des jeunes enfants".

Bettina de Guglielmo (avec AM)