RMC

A travers les masques, les regards tournés vers le sol: notre compte-rendu de la première journée du procès des attentats de janvier 2015

A travers les masques, les regards tournés vers le sol: notre compte-rendu de la première journée du procès des attentats de janvier 2015

A travers les masques, les regards tournés vers le sol: notre compte-rendu de la première journée du procès des attentats de janvier 2015 - Benoit PEYRUCQ / AFP

Un procès pour l'Histoire. Ce mercredi s'est ouvert le procès des attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l'Hyper Cacher, en janvier 2015, devant la Cour d'Assises Spéciale de Paris. RMC vous fait vivre les audiences.

Dans la salle d'audience principale, et dans les quatre salles de retransmission, beaucoup de journalistes et d'avocats, mais peu de parties civiles. Certains avocats de victimes ou de proches de victimes leur avaient déconseillé de venir en ce premier jour d'audience, jour de lecture des faits par la Cour, résumé clinique et bref de 171 tomes de procédure, toujours difficile à entendre. 

Sur le banc des victimes, Michel Catalano, otage des frères Kouachi dans son imprimerie de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne, soupire: "Je ne m'attendais pas à ce que ça m'épuise autant". 

Quelques rescapés de Charlie Hebdo sont présents, tout comme leur service de protection adossé au mur: Coco, Sigolène Vinson... Difficile de voir les visages à travers les masques, mais les regards vers le sol sont, eux, visibles.

Comme celui de Riss, directeur du journal, la tête dans les mains lorsqu'est décrit comment 12 personnes ont été tuées en moins de deux minutes à la rédaction de l'hebdomadaire satirique, ce matin du 7 janviers 2015. Cabu, le policier Franck Brinsolaro chargé de protéger le dessinateur Charb, dont le Président écorche alors son prénom, dit François au lieu de Stéphane Charbonnier. Dans la salle, la mère de Charb sort, en pleurs, en colère: elle n'écoutera pas le reste du rappel des faits. Le procès doit durer au moins jusqu'au 10 novembre.

Gwladys Laffitte