RMC
INFO RMC

Adolescent battu par un père de famille: le département de la Loire se constitue partie civile

INFO RMC – Le département de la Loire va se constituer partie civile dans l'affaire du passage à tabac par un père de famille d'un mineur isolé accusé d'attouchement sur sa fille de six ans.

Le conseil départemental de la Loire va se constituer partie civile auprès du mineur isolé accusé d'attouchements sur une fillette de six ans et victime d'un passage à tabac de la part du père et de trois de ses amis, à Roanne. Ces faits de violences aggravées en réunion et avec usage d'une arme font l'objet d'une enquête, le procureur s'étant "auto-saisi" de l'affaire.

Le département indique qu'il ne portera, par contre, pas plainte au nom de ce mineur isolé, qui résidait dans une structure spécialisée, détenue par le département suitée à proximité de la maison de la famille de la jeune fille. C'est la première "prise de position" du département depuis le début de l'affaire, qui refusait de commenter depuis quelques jours.

"Je suis devenu fou"

Dans la nuit de jeudi à vendredi, ce garçon de 16 ans se serait introduit par effraction dans le logement de la famille. Il est soupçonné d'avoir agressé sexuellement la petite fille de la famille, âgée de six ans. Le père de famille, Aniss, après avoir porté plainte le vendredi, a retrouvé le suspect de l'agression sexuelle le lendemain et l'a roué de coups. Le suspect a été interpellé, mis en examen pour les accusations d'agressions sexuelles et nie les faits.

"Je suis devenu fou, mais fou fou fou. J’ai réussi à lui sauter dessus et à le rattraper, il y a des coups qui ont été portés" expliquait le père à RMC, ce mardi.

Ce mercredi, c'est l'avocat du père qui intervenait dans Apolline Matin sur RMC expliquant la réaction de son client comme celle d'un "homme blessé": ""Je pense qu'avec le recul il regrette. Mais lorsqu'il interpelle ce jeune homme le lendemain avec l'assistance d'un ami qui l'a prévenu, il était en train de rôder près de chez lui, prêt semble-t-il à récidiver les faits de la veille, c'est dans ce contexte qu'il va perdre un peu la raison en le tapant à plusieurs reprises avant d'appeler à la police et le remettre."

Le procureur de la République de Roanne, Albdelkrim Grini, dénonce ce passage à tabac. "On ne peut pas accepter que de tels faits soient commis, quand bien même ce jeune homme aurait commis les faits pour lesquels il a été interpellé et mis en examen, ça ne justifie pas et ça ne légitime pas les violences", souligne-t-il. De même, Olivier Véran a indiqué ce mercredi, lors du compte-rendu du Conseil des ministres, comprendre l'émotion de ce père de famille mais "que l'État de droit doit primer et que nous ne souhaitons pas rentrer dans ce modèle de société où les gens se feraient justice eux-mêmes"

Vincent Chevalier et Maxime Martinez