RMC

Affaire Benalla: "Macron se comporte en monarque arrogant et puéril"

Eric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, a réagi ce mercredi matin à la sortie du silence d'Emmanuel Macron qui s'est exprimé devant des députés de la majorité mardi soir à propos de l'affaire Benalla.

Emmanuel Macron a tenté un coup de force mardi soir. Après une longue attente il s'est enfin exprimé au sujet de l'affaire Benalla. Il a choisi de s'inviter à une réunion de députés de sa majorité à l'Assemblée nationale pour faire passer un message: "C'est moi le seul responsable de cette affaire". 

Une sortie du silence remarquée après des journées électriques au Parlement marquée par les auditions de différents protagonistes de l'affaire dont le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. "S'ils veulent un responsable, il est devant vous, qu'ils viennent le chercher", a-t-il lancé.

Eric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, n'a que très peu goûté à cette intervention du chef de l'Etat et s'en est ému ce mercredi matin au micro d'Apolline de Malherbe sur RMC. 

"Ce n’est pas digne. Cette façon de faire est assez insupportable et très provocatrice"

"On attend d'Emmanuel Macron qu'il parle devant tous les Français. Il choisit un parterre de supporters, dont plusieurs sont dans la commission d’enquête, donc je vous fait remarquer qu’il y a un travail d’influence, il donne les consignes sans aller devant la commission d’enquête."

Concernant le fond de l'intervention du président de la République, le député insoumis se montre tout aussi virulent et trouve cette façon de parler "pas digne". 

"Macron se comporte en monarque arrogant et puéril, à un moment donné c’est presque la cour de récréation. C’est quoi cette façon de faire ? Il méprise le travail des parlementaires, le travail de la commission. Ce n’est pas digne (...) Cette façon de faire est assez insupportable et très provocatrice"

"Macron est donc responsable quelque part des coups, de l'usurpation de fonction, de la fausse sanction..."

Si le président se dit responsable, Eric Coquerel lui dit: "Chiche", et qu'il assume les fautes graves imputées au chef adjoint du cabinet de l'Elysée.

"Macron est donc responsable quelque part des coups de M. Benalla, de son usurpation de fonction, de la fausse sanction de M. Benalla. Il faudra vérifier les deux semaines de mise à pied. Comment, rétrogradé, peut-il poursuivre sa participation aux réunions stratégiques? La question qui se pose c’est: quelles sont ses fonctions ?"

De nombreuses questions que la commission d'enquête, dont fait partie Eric Coquerel, tentera d'élucider, comme celle de sa rémunération qui demeure sans réponse à ce jour, le directeur de cabinet de l'Elysée ayant refusé de confirmer les chiffres lus dans la presse. 

James Abbott avec Bourdin direct