RMC

Affaire Estelle Mouzin: "Michel Fourniret était en repérage à Guermantes deux jours avant le kidnapping"

Le tueur en série Michel Fourniret a été mis en examen mercredi dans l'enquête sur la disparition d'Estelle Mouzin, laissant entrevoir la fin d'une énigme criminelle vieille de 17 ans.

Entendu près de trois heures mercredi après-midi par la juge d'instruction parisienne Sabine Khéris, Michel Fourniret a été mis en examen pour "enlèvement et séquestration suivis de mort" ce mercredi dans l'enquête sur la disparition d'Estelle Mouzin.

Michel Fourniret avait toujours assuré jusqu'à présent être étranger à la disparition d'Estelle Mouzin, survenue le 9 janvier 2003 à Guermantes (Seine-et-Marne), expliquant qu'il se trouvait ce jour-là à son domicile de Sart-Custinne, en Belgique.

En guise d'alibi, le tueur en série invoquait un appel téléphonique passé à son fils le soir des faits pour son anniversaire. Ce dernier n'avait alors pas décroché mais l'appel avait été attesté par des relevés téléphoniques. Cette version a cependant été fragilisée par les récentes déclarations de son ex-épouse Monique Olivier qui raconte avoir elle-même passé ce coup de téléphone, à la demande de son mari.

"Une tentative de kidnapping trois semaines avant l'enlèvement d'Estelle Mouzin"

"On sait que la juge possède des éléments concrets qui situeraient Michel Fourniret à Guermantes en 2003. Il y a des témoignages qui indiqueraient qu'il était deux jours auparavant en repérage dans la commune. Il faut savoir que trois semaines avant l'enlèvement de la petite Estelle, il y a eu une tentative de kidnapping sur une fillette qui rentrait de l'école. Elle se débat, elle hurle, des passants interviennent. Le kidnappeur s'enfuit en courant et remonte dans une camionnette blanche qui est le modèle exact qu'utilisera Michel Fourniret dans l'enlèvement de fillettes", a expliqué le criminologue Stéphane Bourgoin ce jeudi matin sur RMC.

Michel Fourniret, 77 ans, souffrirait de troubles de la mémoire liés à un début de maladie d'Alzheimer. Une hypothèse plausible selon le criminologue:

"Il souffrirait de dégénérescence et quelquefois de perte de mémoire. Je pense que ça peut être crédible puisque lors d'une reconstitution il y a peu, il a déclaré à son avocat qu'il ne savait pas où il se trouvait. Il n'avait aucune raison de mentir à ce moment-là à son avocat".
P.B.