RMC

Affaire Penelope Fillon: des militants Républicains, déçus, se rendent au meeting de Marine Le Pen

Ce dimanche, Marine Le Pen était en meeting à Lyon. Et parmi les spectateurs, RMC a rencontré certains militants Les Républicains, déçus des révélations autour de François Fillon.

Après un week-end où Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon ont fait assaut de meetings et où Benoît Hamon a lancé sa candidature, François Fillon se prépare à s'expliquer longuement lundi dans un média, selon plusieurs sources. Le candidat de la droite veut tenter de reprendre la main dans la tempête née de soupçons d'emplois fictifs, alors qu'une partie de la droite cherche un éventuel plan B et que le centriste François Bayrou réclame son retrait. Surtout, il va falloir tenter de reconquérir une partie de l'électorat qui pense déjà à voter pour quelqu'un d'autre.

Certains d'entre eux se sont par exemple rendus au meeting de Marine Le Pen, ce dimanche, à Lyon. Parmi eux, Alain assure y être venu par curiosité mais pas par hasard: "J'ai voté François Fillon à la primaire à droite mais là c'est catastrophique et bien dommage". Et d'assurer: "Je ne voterai pas Macron de toute façon. Je voterai plutôt Marine Le Pen, c'est clair".

"J'écoute et je verrai bien"

Un peu plus loin, Paul, 18 ans, confie les mêmes doutes: "La culpabilité de François Fillon est possible. Ce n'est pas génial pour l'image de la politique française. Je suis donc venu voir Marine Le Pen, j'écoute et je verrai bien dans les urnes (pour qui j'irai voter)". Et ils sont loin d'être les seuls, comme veut le croire le dirigeant frontistes Sébastien Chenu.

Cet ex-militant UMP assure recevoir de nombreux messages des Républicains: "On me dit 'Si ça continue, on arrive'; 'Fillon ne devra pas compter sur notre voix. On est déçus', etc. Donc si les Républicains veulent nous rejoindre aujourd'hui, ils sont évidemment les bienvenus dans cette grande aventure. Car nous sommes les plus solides". "Contre la droite du fric et la gauche du fric, je suis la candidate de la France du peuple", a lancé Marine Le Pen à la tribune, comme un appel du pied aux déçus de François Fillon.

M.R avec Jean-Baptiste Durand