RMC

Après la condamnation de Nicolas Sarkozy, le Parquet National Financier cible des critiques des Républicains

Si Nicolas Sarkozy, par le voix de son avocate, se disait hier “calme et déterminé”, ses soutiens étaient remontés.

La décision du tribunal judiciaire de Paris comme le parquet national financier ont été vivement critiquée lundi par les soutiens de Nicolas Sarkozy. Le Parquet national financier avait requis quatre ans de prison contre l’ancien président, c’est ce parquet qui avait déjà enquêté sur François Fillon en 2017. Certains n’ont pas manqué de le rappeler comme pour démontrer un acharnement de ce parquet contre la droite.

“C’est une peine totalement disproportionnée. À qui profite cette condamnation? La question mérite d’être posée”, estime-t-il.

Après François Fillon c’est donc au tour de Nicolas Sarkozy d’être condamné suite à une enquête du parquet National financier, remarque Valérie Boyer sénatrice du parti Les Républicains. 

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi la peine prononcée contre Nicolas Sarkozy étonne certains dans les rangs de la justice?

“Jusqu’alors, ce sont des hommes politiques de droite qui sont attaqués. Je rappelle que sans le PNF, Emmanuel Macron ne serait pas président de la République”, appuie-t-elle. 

Nicolas Sarkozy a fait appel

Autant de coups de canif portés à l’image d’impartialité de la justice. Catherine Vandier est secrétaire nationale de l’Union syndicale des magistrats, pour elle ces accusations sont infondées.

“Il n’y a absolument rien qui puisse remettre en cause l’impartialité des magistrats, mais là ils ont pris une décision au regard d’un dossier. La justice passe, mais la justice n’est pas partiale”, affirme-t-elle.

L’avocate de l’ancien président va faire appel de la condamnation. Le jugement est donc suspendu et Nicolas Sarkozy présumé innocent.

Maxime Brandstaetter avec Guillaume Descours