RMC

"C'est lui rendre sa dignité, sa liberté": Marie, soeur de Vincent Lambert, soulagée de l'arrêt des traitements

TÉMOIGNAGE RMC - Marie, la plus jeune soeur de Vincent Lambert, est favorable à l'arrêt des traitements de son frère et s'exprime avec émotion ce mercredi matin sur RMC. C’est la première fois qu'elle accepte de témoigner face caméra pour dire ce qu'elle a sur le coeur.

Marie, la plus jeune soeur de Vincent Lambert prend la parole après l'arrêt des traitements de son frère. Une parole rare, la cadette s'est rarement exprimée depuis le début de l'affaire, elle qui est favorable à l'arrêt des traitements.

Un arrêt une nouvelle fois engagé par le chef de service de soins palliatifs du CHU de Reims conformément à la décision rendue vendredi par la Cour de Cassation. Vendredi, la Cour a ouvert la voie à un nouvel arrêt de l'alimentation et de l'hydratation, qui maintiennent en vie Vincent Lambert.

Une décision qui devrait être le "point final" de cette affaire, selon l'avocat de la femme de Vincent Lambert, qui se bat pour qu'il puisse mourir alors que depuis plus de 10 ans, cette famille se déchire sur le sort.

"C’est lui rendre sa dignité, sa liberté"

C’est la première fois que Marie Lambert accepte de témoigner face caméra pour dire ce qu'elle a sur le coeur. La sœur cadette de Vincent Lambert prend aujourd’hui la parole pour défendre la volonté de son grand frère.

Quand elle a découvert le mail du docteur qui annonçait l’arrêt des traitements pour son frère aîné Vincent. Marie a ressenti un soulagement.

"Même si on ne peut pas parler de joie, parce que ce n’est pas une situation joyeuse, mais en tout cas pour mon frère une sensation qu’il soit enfin entendu dans ce qu’il voulait. C’est lui rendre sa dignité, sa liberté"

"Il exécrait ce milieu traditionnaliste intégriste auquel appartiennent mes parents"

Ses parents ont déjà annoncé par la voix de leur avocat qu’ils allaient entreprendre d’autres actions judiciaires. Incompréhensible pour Marie.

"Ce que prônent mes parents et leur proches c’est leur idées leurs convictions, ça ne concerne pas mon frère. Je leur en veux de ne pas être à l’écoute de leur propre fils. Il ne supportait pas il exécrait ce milieu traditionnaliste intégriste auquel appartiennent mes parents être pris en otage par ces gens qui s’emparent de son image de sa vie et de son départ possible de sa mort ce serait quelque chose de complètement insupportable"

"J’attends de voir qu’aucun recours ne sera possible"

Marie était à l’hôpital en mai dernier quand elle a appris la reprise du traitement de son frère, elle ne veut plus revivre ça.

"J’attends de voir qu’aucun recours ne sera possible, voilà, c’est une question de protection personnelle"

Marie souhaite que la prochaine fois qu’elle rendra visite à son frère à l’hôpital, soit aussi la dernière.

Marion Dubreuil (avec J.A.)