RMC

Charge de CRS à Fleury-Mérogis: "On a pris des coups", dénonce un surveillant de prison

Le secrétaire FO-Pénitentiaire de la prison de Fleury-Mérogis s'est indigné des échanges de coups ce vendredi matin entre CRS et surveillants de prison qui se mobilisent depuis 5 jours pour leurs conditions de travail : "C'est de plus en plus intolérable".

Les surveillants de la prison de Fleury-Mérogis ont entamé ce vendredi matin leur cinquième jour de blocage pour faire passer leurs revendications. Mais cette fois-ci, les choses se sont rapidement envenimées avec les CRS qui ont vite chargé les agents de l'administration pénitentiaire qui sont mobilisées au niveau national depuis 8 jours. 

"Les choses sont allées encore plus vite que le reste de la semaine, et les CRS ont donné la charge très rapidement. Echange de lacrymogènes, échange de coups... Les collègues ont pris des coups et c'est de plus en plus intolérable", a expliqué sur RMC Thibault Capelle, secrétaire FO-Pénitentiaire à Fleury-Mérogis.

Le mouvement national de colère des surveillants de prison s'est lancé, et va se poursuivre, après de multiples agressions violentes de la part de détenus. Ils réclament plus de sécurité pour pouvoir faire leur travail correctement.

"Le métier n'est pas attractif, on est payés une misère"

"On reste mobilisés, les collègues sont fatigués mais totalement déterminés à continuer. Que ce soit en terme de moyens matériels ou humains, les conditions de sécurité ne sont pas réunies."

Le mal-être semble profond alors que Thibault Capelle assure que 70% des inscrits au concours de l'administration pénitentiaire ne se sont pas présentés. "Le métier n'est pas attractif, on est payés une misère", conclut le syndicaliste, peu optimiste sur l'avenir de la profession.

J.A. avec J.-J. Bourdin