RMC

Comment Redoine Faïd a échappé (de peu) aux forces de l'ordre

Trois semaines après son évasion spectaculaire d'une prison de Seine-et-Marne, le braqueur Redoine Faïd a été repéré mardi à bord d'une voiture transportant des explosifs à Sarcelles, dans le Val-d'Oise.

Une cavale qui a failli s'arrêter ce mardi: les gendarmes étaient à deux doigts de mettre la main sur l'homme le plus recherché de France depuis le 1er juillet dernier. Redoine Faïd a échappé de peu aux gendarmes et a abandonné son véhicule dans un parking souterrain de Sarcelles après une course-poursuite. Le braqueur a été reconnu sur des images de vidéosurveillance, et des analyses d'empreinte et d'ADN sont en cours pour l'identifier formellement ainsi que son complice.

La course poursuite 

Tout part d'un simple refus de contrôle. Le conducteur d'une Laguna prend la fuite face aux gendarmes. Une course poursuite s'engage sur quelques kilomètres. D'après un témoin, la Laguna percute un camion bloqué à un feu rouge. Les gendarmes descendent et braquent les suspects. Le conducteur enclenche la marche arrière et repart à toute allure.

Un peu plus loin, la Laguna s'engouffre dans le parking souterrain d'un centre commercial. Un témoin affirme alors que les gendarmes suivent de près. Mais les deux suspects accélèrent, se garent devant une sortie et filent à pied. Ils prennent un escalier qui débouche sur un parking en plein air. Et se volatilisent. Tout s'est joué en quelques secondes.

Une découverte qui en dit long

Dans le coffre de la voiture abandonnée, les policiers retrouvent 6 pains de plastic et sur les images de vidéosurveillance, la silhouette de Redoine Faïd.

Les enquêteurs en sont désormais persuadés. Redoine Faïd n'a pas de quoi financer sa cavale. Les explosifs retrouvés dans sa voiture à Sarcelles, montrent qu'il prépare un nouveau coup. Sans doute un braquage pour payer les complices de son évasion et pour se mettre au vert pour de bon. Mais ses plans sont mis à mal.

Le roi de la belle a déjà essuyé deux déconvenues: les policiers ont mis la main sur le sac contenant la disqueuse, les cagoules et les armes ayant servi pour son évasion et un véhicule utilitaire qu'il a conduit.

"Une centaine de policiers se relaient nuit et jour pour le traquer"

Il va commettre de plus en plus d'erreurs, estime une source proche du dossier. "Il doit dormir, se reposer, face à lui une centaine de policiers se relaient nuit et jour pour le traquer".

L'institut de recherche criminelle de la gendarmerie analyse en ce moment les explosifs et le véhicule retrouvés à Sarcelles. Les résultats seront déterminants. Tout comme le bornage téléphonique.

Marion Dubreuil