RMC

"Corruption" et "blanchiment" au programme du nouveau volet du procès Balkany

La semaine passé les époux Balkany ont été jugés pour des faits de fraudes fiscales. Cette nouvelle semaine de procès ouvre un nouveau chapitre avec des accusations plus lourdes.

Début de la deuxième semaine du procès des époux Balkany. Alors qu’ils comparaissaient pour fraude fiscale la semaine dernière, cette fois, le tribunal correctionnel va se pencher sur les chefs de "corruption", et "blanchiment d’argent". 

Au cœur de ce volet, plusieurs biens du couple: notamment le Riad à Marrakech. Mais les Balkany l'assurent, ils n'en sont pas propriétaires. Pourtant, son acquisition interroge les juges. Comptes dans des paradis fiscaux, sociétés écrans, prête-noms. Les époux Balkany auraient eu recours à des montages financiers "très sophistiqués" pour brouiller les pistes. 

Une peine de 10 de prison?

Pour cela, ils ont été aidés par quatre autres personnes, elles aussi prévenues. Jean-Pierre Aubry, ancien bras droit de Patrick Balkany, et l'avocat Arnaud Claude auraient mis en place le montage financier autour du Riad. Le fils des Balkany, Alexandre, aurait couvert ses parents via des baux de location fictifs. Enfin, le riche promoteur saoudien Mohamed Al Jaber aurait corrompu Patrick Balkany en payant une partie du Riad en échange de marchés immobiliers à Levallois.

Isabelle et Patrick Balkany encourent tous les deux jusqu'à 10 ans de prison. La semaine passée, le tribunal a déjà requis des peines de quatre ans ferme avec mandat de dépôt contre Patrick Balkany et quatre dont deux fermes contre son épouse. Et 10 ans d'inéligibilité pour tous les deux. Le jugement pour le volet fraude fiscale sera rendu le 13 septembre.

Gwladys Laffitte avec Guillaume Descours