RMC

Disparition d'Aurélie Vaquier: ces éléments qui ont mis les enquêteurs sur la piste de son compagnon

RMC
Aurélie Vaquier est disparue depuis deux mois, un corps a été trouvé à son domicile. Son compagnon est en garde à vue.

Sa disparition avait été signalée par ce compagnon lui-même le 23 février auprès de la gendarmerie de l'Hérault près d'un mois après un dernier signe de vie. Un corps a été retrouvé sous une dalle de béton au domicile d'Aurélie Vaquier, à Bédarieux: il s'agit "très probablement" du cadavre de la femme disparue. 

Son compagnon, âgé de 39 ans, le même âge que la femme, a été placé mercredi en garde à vue. Une autopsie et un scanner du corps doivent être pratiqués jeudi et des prélèvements ADN seront alors également effectués pour confirmer ultérieurement l'identification de la victime, a ajouté le procureur de Béziers, Raphaël Balland.

Depuis plusieurs semaines, et notamment l'ouverture d'une information judiciaire pour "enlèvement et séquestration" finalement ouverte le 1er mars, les enquêteurs tentaient de retrouver la trace d'Aurélie, partie sans laisser d'adresse, pour, selon son compagnon, écrire "un livre sur sa vie, parler de sa famille". 

>> A LIRE AUSSI - Aurélie Vaquier: un corps retrouvé sous une dalle de béton dans l’Hérault, "très probablement" celui de la femme disparue depuis 2 mois

C’est finalement à l’aide d'un "chien de recherche" et d'un "géoradar permettant le sondage des sols et des cloisons", un appareil qui permet de sonder le sol, que les enquêteurs de la gendarmerie ont découvert le corps.

Enterré sous une dalle de béton située à l’intérieur du logement d’Aurélie Vaquier, le corps n’a pas encore été formellement identifié, mais deux détails, "un tatouage très reconnaissable et un piercing" selon le procureur, laissent penser qu’il pourrait s’agir très probablement de la jeune femme disparue.

Deux éléments troublants

Son compagnon est donc le suspect numéro 1. Et cela pour deux raisons. D’abord, il réside toujours dans le domicile du couple dans le centre de Bédarieux, à une trentaine de kilomètres au nord de Béziers près d'un petit ensemble de logements aux murs roses et aux volets verts. Il aurait pu avoir le temps de faire disparaitre le corps présumé.

Autre fait troublant, il a mis près de 3 semaines avant de déclarer la disparition de sa compagne aux gendarmes. Le 28 janvier dernier, Aurélie Vaquier avait quitté le domicile conjugal sans aucun moyen de paiement et sans sa voiture, munie uniquement de son téléphone portable et de quelques vêtements. 

En marge des recherches menées par la gendarmerie qui avait notamment lancé un appel à témoignages avec la photo de la disparue aux cheveux bruns et au visage fin, plusieurs battues et une marche avaient été organisées par le cercle familial et amical de la jeune femme. Ses proches n'ont jamais cru à un départ volontaire. 

La rédaction avec AFP