RMC

Disparition de Maëlys: "Il y a toujours un espoir qu'elle soit quelque part"

Maëlys, 9 ans, a disparu dans la nuit de samedi à dimanche. Depuis, les habitants de Pont-de-Beauvoisin se mobilisent pour tenter de la retrouver.

Les jours passent, et toujours aucune trace de la petite Maelys. Cela fait maintenant 3 jours qu’elle a disparu. La fillette de 9 ans, qui mesure 1m30, pour 28 kg, a la peau mate, les yeux marrons et les cheveux châtains, portait une robe sans manches et des nu-pieds de couleur blanche.

Personne ne l’a revue depuis la nuit de samedi à dimanche alors qu’elle était invitée à une fête de mariage avec ses parents et sa sœur dans la salle des fêtes de Pont-de Beauvoisin.

Malgré d’importantes recherches de terrain et des dizaines d’auditions de convives, la petite fille est introuvable. Dans la petite commune de Pont-de-Beauvoisin, le temps s’est arrêté depuis la nuit de disparition et tout le monde cherche n’a qu’une obsession : tout faire pour aider les enquêteurs à retrouver Maëlys.

"Si on s'y met tous ensemble on va la retrouver c'est évident"

C'est le cas de Joris a arpenté les rues de la ville tout l’après-midi, interpellé les automobilistes. Des appels à témoin à la main, il arrive du village voisin. Il a eu besoin de se sentir utile. Même s’il n’a jamais rencontré Maëylis. "Je ne sais pas quoi mais j'aimerai faire quelque chose pour apporter mon soutien. Pour moi il y a toujours un espoir qu'elle soit quelque part. Si on s'y met tous ensemble on va la retrouver c'est évident".

Chacun a sa façon, les habitants de la commune veulent aider. Qu’il s’agisse seulement d’un regard. "Quand on est en voiture, on regarde dans les fossés, près des bois. Tout le monde cherche un petit peu", explique une habitante.

Il y a aussi des aides plus concrètes. Comme celle d’Hocine qui a livré aux gendarmes, sans réfléchir, les noms de tous les clients qui se trouvaient dans son bar le soir de la disparition. "Je leur ai donné un maximum d'informations. Si je peux en donner d'autres j'en donnerai d'autres. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour les aider". Lui et des dizaines d’autres sont également allés s’inscrire à la mairie, comme volontaires, pour participer à des battues. Si jamais les gendarmes en avaient besoin.

Marie Régnier (avec A.M.)