RMC

Disparition de Tiphaine Véron: le pôle "Cold Case" reprend le dossier, un espoir pour la famille

Tiphaine Véron a été vue pour la dernière fois le 29 juillet 2018 lors d'un voyage au Japon. En France, l'instruction ouverte à Poitiers avait pris fin en juillet dernier, faisant craindre un non-lieu. Le pôle des affaires non élucidées reprend l'affaire avec l'ambition de faire enfin avancer l'enquête.

Plus de quatre ans après la disparition de Tiphaine Véron au Japon, le pôle "Cold Case" de Nanterre se saisit de l'affaire. L'enquête est désormais entre les mains du pôle judiciaire des "affaires non élucidées", service créé il y a un peu moins d'un an.

L'instruction ouverte à Poitiers avait pris fin en juillet dernier, faisant craindre un non-lieu. Âgée de 36 ans, Tiphaine Véron a été vue pour la dernière fois le 29 juillet 2018 lors d'un voyage au Japon.

Cette reprise de l’affaire, c'est l'espoir d'une véritable enquête criminelle au Japon, car aujourd’hui, il n'y a pas eu d'investigation sur place. La police japonaise reste sur la piste accidentelle. Pour Damien Véron, le frère de Tiphaine, des enquêteurs français vont pour la première fois pouvoir aller sur place.

“Ça peut faire avancer tout ce qui est lié au volet criminel, c’est-à-dire par exemple auditionner les suspects, faire des analyses dans la chambre… Il n’y avait pas que des Japonais dans l’hôtel, il y avait aussi des Européens. Donc, peut-être qu’ils pourront interroger des Européens. Il y a peut-être aussi des choses à obtenir sur la téléphonie. Donc l’investigation, elle va être très utile. On se dit enfin”, appuie-t-il.

Des compétences élargies

Le pôle judiciaire des "affaires non élucidées", créé en mars 2022, est aujourd'hui un véritable atout dans le dossier de Tiphaine Véron. Corinne Hermann, avocate, a toujours défendu la création de cette entité.

“Les magistrats du pôle auront des moyens différents en termes de temps, de personnels, de compétences. Ils seront beaucoup plus importants que pour un cabinet d’instruction classique. Ils sont là pour reprendre des dossiers là où la justice a été en échec. C’est une chance pour ces dossiers”, appuie-t-elle.

La famille de Tiphaine Véron a, pour la première fois, le sentiment d'être soutenu par la justice française dans sa quête de la vérité.

Romain Poisot avec Guillaume Descours