RMC

En France, plus d’un quinquagénaire sur trois pense à refaire sa vie, mais pas tout à fait comme on peut l'imaginer

On recense en France 23 millions de célibataires dont 9 millions de plus de 50 ans. Et nombre d'entre eux sont prêts à "refaire leur vie".

A-t-on changé de mode de vie amoureuse après cinquante ans? Selon une étude de l’institut national démographique, en France, un Français sur trois pense à refaire sa vie:

"J’ai vécu 30 ans avec la même personne et puis on s’est séparés. Je suis seul à l’heure actuelle et je trouve qu’après 50 ans c’est le meilleur moment pour refaire sa vie. On a encore la vie devant soi, on a en principe pas de crédits sur le dos, on est installés chez soi. C’est le meilleur moment pour profiter de la vie", plaide Patrice, un auditeur de RMC.

Ce que constate, Héloïse Des Montiers directrice de "Disons demain", un site de rencontre pour quinquagénaire qui revendique 1,5 millions d’inscrits et qui appartient à Meetic, la plate-forme de rencontre française: "C’est un nouveau marché, parce qu’on a créé le site il y a 4 ans et il n’existait pas d’offres pour les quinquagénaires", raconte-t-elle alors qu’il y a en France 23 millions de célibataires dont 9 millions de plus de 50 ans.

>> A LIRE AUSSI - "Faire ce qu'on veut, quand on veut": trois quarts des femmes seules de plus de 50 ans ne cherchent plus de relation

"Le sexe passe en seconde catégorie"

Selon cette étude de l'Institut national d'études démographiques, passé 50 ans, seulement un tiers des hommes célibataires déclarent avoir l’intention de former une nouvelle union (37%), et seulement un quart des femmes du même âge (24%). Passé 70 ans, seulement 10 % des hommes et 1% des femmes déclarent avoir l’intention de former une nouvelle union.

Un célibat défendu et revendiqué par Hélène - divorcée depuis plusieurs années: elle tient trop à son indépendance.

"On prend des habitudes pour faire ce qu'on veut quand on veut. De choisir ses horaires aussi, de ne pas avoir à demander à quelqu'un s'il veut faire la même chose que moi" a-t-elle confié à RMC.

​​​​​​​Héloïse Des Montiers abonde dans ce sens: 

"On a cherché le dénominateur commun de ces gens. Et les sondés nous ont dit qu’ils savaient ce qu’ils voulaient et c’était rencontrer quelqu’un non pas pour refaire sa vie, mais rencontrer quelqu’un pour partager des choses", détaille-t-elle en assurant que la plupart des inscrits ont plus de 65 ans.

Les quinquagénaires cherchent donc bien à refaire leur vie mais pas vraiment comme on pourrait le croire. L'objectif est de rencontrer des gens liés par des passions communes: "Je suis seul, je suis autonome, je vis seul. Le sexe passe en seconde catégorie, ce que je veux c'est juste partager des moments à deux avec des loisirs communs", confirme Patrice.

>> A LIRE AUSSI - Limoges: des parents ont-ils vraiment appelé la police parce que leur enfant... ne débarrassait pas la table?

G.D.