RMC

Enfant sauvé: "Le père sera sans doute condamné mais à une peine qui lui évitera la prison"

Le père du petit garçon sauvé par Mamoudou Gassama a récupéré son enfant hier. Il passera devant le tribunal correctionnel en septembre pour soustraction à une obligation parentale.

Après l'acte héroïque du jeune malien qui avait escaladé la façade d'un immeuble parisien pour sauver cet enfant suspendu à un balcon, son père avait été placé en garde à vue et l'enfant dans une structure d'accueil. Parti faire des courses, le petit était seul dans l’appartement.

"Le parquet a eu une certaine clémence envers le père"

Une enquête sociale diligentée, a permis d'écarter tout risque de danger immédiat pour l'enfant. L'ordonnance de placement a par conséquence été levée et l'enfant a été rendu à son père.

"Le parquet a eu une certaine clémence envers le père de l’enfant sauvé du balcon qui est certainement liée à l’entourage et aux conditions dans lesquelles vivait cet enfant", précise Yaël Scemama, avocate et invitée de la matinale de Jean-Jacques Bourdin ce mardi 29 mai.

Selon le parquet de Paris, le père de l’enfant "a reconnu les faits et exprimé un profond regret" et les charges retenues contre lui, concernent un chapitre de la loi sur la mise en péril des mineurs.

"Il encourt deux ans de prison et 30.000 euros d’amende"

"On lui reproche un comportement qui aurait pu compromettre la santé et la sécurité de l’enfant. Il encourt donc deux ans de prison et 30.000 euros d’amende", explique l’avocate. Ces charges auraient été bien plus lourdes en cas de blessures corporelles.

"Si ce délaissement avait eu pour conséquences une infirmité permanente ou une mutilation, il risquait 20 ans. Si l’enfant était décédé on aurait basculé dans ce qu’on appelle une atteinte aux mineurs, il aurait encouru 30 ans".

"Une peine qui lui évitera la prison"

Le père comparaîtra le 25 septembre devant le tribunal correctionnel pour soustraction à une obligation parentale. Bien qu’il risque jusqu'à deux ans de prison, pour l’avocate, cette peine sera sûrement moins lourde.

"Sachant qu’il est convoqué ultérieurement, qu’il n’a pas été déféré à la justice en comparution immédiate, le père sera sans doute condamné mais à une peine qui lui évitera la prison".
Bourdin Direct (avec C.P.)