RMC

Attentat à Saint-Etienne-du-Rouvray: "On avait un peu baissé les bras sur sa surveillance"

TEMOIGNAGE EXCLUSIF RMC - L'oncle d'Adel Kermiche, l'un des deux auteurs du meurtre mardi d'un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), s'est confié sur son neveu. Il affirme que toute la famille a été trompée par le jeune homme au cours des derniers mois.

Moins de deux semaines après Nice, la France est de nouveau frappée par un attentat. Mardi matin, à Saint-Etienne-du-Rouvray en Seine-Maritime, Jacques Hamel donne la messe à la paroisse du village. Deux hommes entrent par derrière, ferment la porte de l'Église et prennent en otage le prêtre de 86 ans, sœur Danielle, deux autres bonnes sœurs, et deux paroissiens. Après s'être livré à une macabre mise en scène, ils égorgent le prêtre à l'arme blanche et blessent grièvement un paroissien, toujours dans un état grave.

L'un des assaillants a été clairement identifié comme étant Adel Kermiche. Mis en examen dès mars 2015 pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, ce jeune homme de 19 ans avait été placé en détention provisoire après avoir tenté de se rendre en Syrie pour la seconde fois. Il a ensuite été libéré en mars 2016 et assigné à résidence sous bracelet électronique. Le parquet de Paris avait fait appel de cette libération, sans obtenir gain de cause.

"Il était moins entêté et borné"

Ce mercredi, son oncle témoigne en exclusivité sur RMC. Il assure qu'Adel a trompé toute la famille au cours des derniers mois. "Depuis sa sortie de prison, il me paraissait avoir repris ses esprits par rapport à ses convictions religieuses qui étaient vraiment radicalisées, révèle-t-il. Il m'avait semblé être un peu plus 'éveillé'. Il était moins entêté et borné qu'il nous avait semblé qu'il l'était lors de son périple pour tenter de rejoindre la Syrie. Du coup, on avait un peu baissé les bras sur sa surveillance".

"Malgré le fait qu'il soit sous bracelet électronique, on pensait qu'il allait retrouver une vie normale, la vie que tous les jeunes mènent. Mais voilà, c'est ce qu'il nous a fait croire…", se désole encore son oncle. Ce qu'il a fait est "un acte barbare", ajoute-t-il: "On ne peut pas revendiquer un acte aussi démentiel par rapport à une religion qui prône la paix".

Maxime Ricard avec Marion Dubreuil