RMC

Meurtre de Lola: une marche blanche en hommage à la jeune fille le 16 novembre à Paris

Une marche blanche aura lieu le 16 novembre à Paris en hommage à Lola, l'adolescente de 12 ans tuée le 14 octobre dernier, ont annoncé jeudi ses parents, demandant qu'elle se déroule "dans la sérénité et le calme, loin des agitations politiques et médiatiques".

Les parents de la jeune Lola, tuée le 14 octobre dernier, ont annoncé l'organisation d'une marche blanche en hommage à leur fille, âgée de 12 ans lors du drame. Ils demandent que cet événement se déroule "dans la sérénité, le calme, loin des agitations politiques et médiatiques." Cette marche blanche partira à 16 heures d'un square sur l'allée Darius-Milhaud, pour se terminer devant la mairie du 19e arrondissement où vivaient la fillette et sa famille avant le drame, survenu dans cette même zone de la capitale.

"Cette nouvelle manifestation de soutien est une aide précieuse pour surmonter notre épreuve si douloureuse", déclarent les parents de la collégienne dans leur communiqué.

"Un hommage digne"

Mais "dans le prolongement de ce que nous avons toujours exprimé nous demandons que celles et ceux qui viendront apporter leur soutien le fasse à titre personnel, sans écharpe officielle ni signe particulier d'appartenance à un organisme politique quel qu'il soit", ajoutent-ils. Ils demandent aussi "expressément aux médias ou aux particuliers de garder la distance nécessaire pour que cet hommage soit digne". Ils indiquent qu'ils ne répondront à aucune demande d'interview et appellent à ne pas importuner les enfants qui seront présents.

Les circonstances tragiques de la mort de la collégienne de 12 ans, dont le corps a été retrouvé le 14 octobre dans une malle, ont suscité une vive émotion. La présence en France de la suspecte, Dahbia B., Algérienne sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF), a suscité de virulentes critiques à droite et à l'extrême droite, le gouvernement fustigeant "l'indécence" de cette "récupération politique". La famille a demandé à plusieurs reprises que "cesse instamment" toute utilisation "du nom et de l'image de leur enfant à des fins politiques".

Dahbia B. a été mise en examen pour meurtre et viol aggravé puis placée en détention provisoire. Comme dans toute procédure criminelle, une ou plusieurs expertises psychiatriques seront ordonnées lors de l'instruction pour déterminer la responsabilité pénale de la jeune femme, qui souffrirait de troubles psychiatriques.

La rédaction avec AFP