RMC

Mort de Vanesa: "Ça fait peur", l’émotion des collégiens et de la commune de Tonneins

Trois jours après le meurtre de Vanesa, les élèves du collège Germillac, où était scolarisée la jeune fille, retournent ce lundi au lycée. Une rentrée compliquée, car beaucoup sont sous le choc. Ils seront accompagnés par une cellule psychologique.

C’est la reprise des cours ce matin au collège Germillac à Tonneins dans le Lot-et-Garonne. L’établissement où était scolarisée Vanesa, la jeune fille violée et assassinée vendredi dernier. Une reprise des cours qui se fait entre peur et émotion, ce n’est évident ni pour les parents, ni pour les élèves.

Yann a déposé une rose devant les grilles de son collège accompagné de sa mère. Mais cet élève de sixième n’ira pas en cours ce lundi. "Ça lui fera du bien de rester à la maison. Je pense que s’il veut parler, on est assez ouvert. Il aura besoin de temps, je pense que ça lui fait peur de revenir”, indique sa mère. “Elle a raison. Je n’arriverai pas à m’en remettre du coup, j’y retourne jeudi ou vendredi”, ajoute son fils.

Mais ce lundi matin la plupart des élèves seront là. Pas le choix, dit Enzo, également élève en 6e. Il tente de se rassurer.

"Ça fait peur, mais moi je prends le bus donc ça va. Mais ça fait quand même peur qu’il y ait des gens qui fassent ça”, indique-t-il.

Et dans sa tête des tas de questions restent sans réponse. “Est-ce qu’il était tout seul? Pourquoi il a fait ça? En plus, j'avais discuté plusieurs fois avec cette fille, elle était plutôt gentille. Elle n’avait rien demandé, je pense”, confie-t-il.

Comment expliquer l’inexplicable, sa maman, Paula, compte sur le collège pour prendre le relais et elle attend “un suivi psychologique pour qu’ils puissent poser toutes les questions qu’ils veulent parce que nous à la maison, on ne peut pas répondre à tout”, indique-t-elle.

Une marche blanche organisée par la commune

Une dizaine de professionnels de santé, psychologues, médecins, infirmiers, spécialisés dans la gestion de ce type de traumatismes interviendront de 7h45 à 18h et évalueront s’ils doivent revenir dans l'établissement. Un drame qui touche toute la commune de Tonneins, comme l’indique le maire, Dante Rinaudo, ce lundi sur RMC.

“C’est une tragédie qui est arrivée à cette famille et à notre commune. Nous allons organiser avec l’association La Mouette une marche symbolique, blanche comme on dit, pour la mémoire de cette petite et pour essayer tous ensemble de se rassembler, de se regrouper face à cette tragédie”, explique-t-il.

Le principal suspect, un homme d'une trentaine d'années, rapidement arrêté par les gendarmes, a reconnu les faits. Il a été mis en examen et écroué dimanche soir, après avoir été présenté à un juge d'instruction en fin d'après-midi dimanche.

Caroline Philippe avec Guillaume Descours