RMC

Victime d’un accident, il ne peut pas se faire indemniser à cause des manquements de la gendarmerie

RMC S'ENGAGE POUR VOUS. Nicolas a été victime d'un accident de la route, alors qu'il circulait à vélo dans la région toulousaine. Sauf qu'à cause de plusieurs manquements des gendarmes venus sur place, il ne peut pas se faire indemniser par son assureur.

Nicolas, grand sportif, pratique régulièrement le vélo de route dans la région de Toulouse, où il habite. Au plein cœur de l’été, il est percuté par une camionnette de livraison dans un rond-point. Le conducteur s’arrête, des témoins aussi. Pompiers et gendarmes arrivent sur place. Nicolas est évacué vers l’hôpital d’où il ressort quelques heures plus tard avec plusieurs hématomes, des béquilles et huit jours d’arrêt de travail (ITT).

Aucune valeur juridique

Son vélo est hors d’usage, il y en a pour plus de 2.000 euros de dégâts. Au moment de constituer son dossier d’indemnisation auprès de son assureur, il remarque que le constat n'a pas été fait, la liste des témoins a été perdue par le gendarme, et la gendarmerie n'a pas fait de rapport mais un compte-rendu qu'ils ne veulent pas transmettre à son assureur, la Matmut. Ainsi, Nicolas ne peut pas être indemnisé.

Pour débloquer son dossier, Nicolas doit en fait prouver qu’il n’est pas responsable de l’accident. Pour cela, il faut un constat ou un procès-verbal, et a minima une liste de témoins. Il a contacté directement la gendarmerie de Villebrumier (Tarn-et-Garonne) pour tenter d’obtenir ces documents. Mais soit ils n’ont pas été rédigés, soit ils ont été perdus. La Matmut a elle-même écrit à la brigade qui lui a répondu par un simple mail, qui n’a donc aucune valeur juridique.

"Je n'y suis pour rien ! Je faisais mon sport. Ce sont des frais. Le vélo n'avait que quatre ans. J'aimerais juste le réparer pour pouvoir de nouveau rouler avec", se désespère Nicolas.

>>> Réécoutez le podcast RMC s'engage pour vous sur le site et l'appli RMC

Un geste commercial de la Matmut

Pour compliquer un peu plus l’affaire, le conducteur de la camionnette est polonais. C’est lui le responsable de l’accident, c’est donc son assurance qui doit prendre en charge l’indemnisation. Mais sans document officiel, impossible pour la Matmut d’obtenir quoi que ce soit auprès de son homologue polonaise.

Après notre intervention, l’assureur de Nicolas a bien compris l’imbroglio dans lequel il est plongé. La Matmut a donc décidé, à titre exceptionnel, de faire un geste commercial et va donc verser une avance de 900€ à Nicolas, soit près de la moitié du prix de son vélo.

Amélie Rosique, Joanna Chabas, Elise Denjean avec Maxime Martinez