RMC

Fiché S, il rechargeait les machines à café des commissariats parisiens

(illustration)

(illustration) - JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Un délinquant "fiché S" âgé de 32 ans a été surpris récemment en train de recharger la machine à café d’un commissariat parisien par le policier qui l'avait croisé en garde à vue, quelques mois plus tôt.

Un policier parisien a fait une drôle de trouvaille la semaine dernière, à la machine à café de son propre service d’enquête. Il y a reconnu aussitôt l’un des deux employés en train de réalimenter le distributeur. Le policier avait vu cet homme... en garde à vue, il y a quelques mois, pour trafic de drogue. Cet homme avait ensuite été condamné à un an de prison et portait d'ailleurs encore un bracelet électronique à la cheville au moment de cette rencontre improbable.

Mais surtout, cet homme était aussi "fiché S", considéré comme "dangereux, violent" depuis 2019 où il avait été arrêté avec des cocktails molotov dans son sac lors d’une manifestation de "gilets jaunes".

En formation

Le voir travailler en plein commissariat, c’était un peu fort de café pour le policier qui a prévenu sa hiérarchie. Normalement, tous les prestataires extérieurs qui travaillent dans les lieux sensibles font l’objet de vérifications avant d’être autorisés à accéder, à avoir un badge.

Mais d’après nos informations, cet employé de 32 ans, en réinsertion, qui est par ailleurs pompier volontaire, était tout nouveau dans l’entreprise, il n’avait pas encore été déclaré à la préfecture par son patron. Il était d’ailleurs en formation, accompagné ce jour-là par son responsable.

"Le préfet de police tirera toutes les conséquences de cette affaire", nous ont fait savoir ses services. Ce qui veut notamment dire que désormais, ce salarié ne pourra plus intervenir dans les commissariats. "Il n'aurait d'ailleurs jamais dû y entrer", estiment, un peu amers, les policiers.

Guillaume Biet (édité par J.A.)