RMC

Gironde: 25 ans de réclusion criminelle pour avoir tué son épouse de plusieurs coups de couteau

La balance de la Justice (illustration)

La balance de la Justice (illustration) - LOIC VENANCE / AFP

Jugé depuis lundi à Bordeaux, un homme de 44 ans a été condamné jeudi à 25 ans de réclusion criminelle pour avoir assassiné son épouse qui demandait le divorce, en 2019, de plusieurs coups de couteau dans le thorax.

Un homme de 44 ans, jugé depuis lundi à Bordeaux, a été condamné jeudi à 25 ans de réclusion criminelle pour avoir tué en 2019 son épouse, qui demandait le divorce, en lui plantant un couteau dans le thorax. Les jurés ont également prononcé une interdiction du territoire français à cet accusé de nationalité algérienne et lui ont retiré l'autorité parentale sur ses quatre enfants, issus de son union avec la victime. Ce verdict, prononcé par la cour d'assises de la Gironde, est en deçà des réquisitions de l'avocat général qui avait réclamé 30 ans de prison.

Lundi 21 octobre 2019 en début d'après-midi, dans le quartier populaire du Grand-Parc dans le nord de la ville, l'accusé avait infligé plusieurs coups de couteau, dont un coup au mortel au thorax, à son épouse, retrouvée morte dans les parties communes de l'immeuble où elle résidait. Le couple, marié en 2007, s'était séparé en 2017. La victime, un aide-ménagère de 32 ans, réclamait depuis le divorce, ce que son mari refusait.

Plusieurs plaintes pour violences conjugales déposées

Également ressortissante algérienne, elle avait déposé plusieurs plaintes pour violences conjugales en 2017 et 2019, quelques mois avant le drame.

"Il la harcelait. On aurait pu éviter cette issue fatale si la police était intervenue après ces plaintes, les soirs où il tambourinait à sa porte", a expliqué Me Isabelle Desmoulins, qui défend les intérêts des quatre enfants.

A la barre, la fille aînée, âgée de 13 ans, a décrit une mère aimante, dévouée et un père régulièrement violent envers son épouse, passant parfois ses nuits sur le pallier de la porte ou dans le local technique de l'immeuble après leur séparation. Les quatre enfants, âgés de deux à 11 ans à l'époque des faits, ont été placés en famille d'accueil après le drame.

RMC avec AFP