RMC

"Hors de question de faire le jeu d'un parti et encore moins des extrêmes": les syndicats vent debout contre une tribune de policiers à le retraite

C'est une tribune qui demande à réarmer la police et qui se veut apolitique. Mais le porte-parole et au moins un autre signataire du texte sont des proches du Rassemblement national.

La mode actuelle est visiblement aux tribunes. Après deux textes de militaires, c'est au tour de policiers à la retraite de prendre leur plume. La semaine dernière, 93 personnes se présentant comme des policiers ont écrit et signé une tribune à l'attention du président de la République, appelant à "prendre des mesures efficaces pour reconquérir notre pays".

Lundi soir, sept des auteurs et premiers signataires sur les 93 déclarés de ce texte se sont exprimés à Marseille. L’ex-commissaire divisionnaire Claude Dupont, 74 ans, se présente comme le porte-parole des auteurs de la tribune. Il dénonce une situation sécuritaire alarmante et demande à réarmer la police: 

"Il faut réarmer la police nationale moralement car elle a besoin de considération. Il faut la réarmer juridiquement, elle a besoin de moyens juridiques et il ne faut pas l’entraver dans son travail. Ensuite il faut la réarmer matériellement sinon ce qu’on craint, c’est qu’on bascule dans le chaos", assure-t-il à RMC.

Au moins deux signataires proches du RN

Une tribune qui se veut apolitique pourtant, Claude Dupont était lui-même candidat pour les dernières municipales à Marseille pour le Rassemblement national. C’est pourquoi Eddy Sid, du syndicat Unité Police, redoute clairement une tentative de récupération politique:

"Aujourd’hui effectivement nous sommes ulcérés par les tentatives quelles qu’elles soient. Il est hors de question de faire le lit de quelque parti que ce soit et encore moins des extrêmes. On a très peu de policiers qui ont signé cette pétition et encore moins de policiers d’actives qui l’ont relayé", explique le policier à RMC.

Un autre des signataires a été lui conseiller municipal à Marseille toujours pour le Rassemblement national.

>> A LIRE AUSSI - "Je me suis pris une gifle avec mon bébé dans les bras": à Bordeaux, une femme frappée pour avoir allaité son bébé en public

Lionel Dian (avec Guillaume Dussourt)