RMC

Julien Bayou: "Pouquoi nous portons plainte pour diffamation contre Marlène Schiappa et Gérald Darmanin"

Un bras de fer oppose Gérald Darmanin et la maire verte de Strasbourg, depuis le vote lundi dernier par le conseil municipal du "principe d'une subvention" de 2,5 millions d'euros destinée au chantier de la mosquée Eyyub Sultan, porté par une association turque, la Confédération islamique Millî Görüs.

Europe-Écologie Les Verts avait annoncé samedi son intention de porter plainte pour diffamation contre les ministres Marlène Schiappa et Gérald Darmanin. Les deux ministres s'opposent à la mairie verte de Strasbourg sur une possible subvention à la construction d'une mosquée.

Marlène Schiappa, en charge de la Citoyenneté, avait estimé que les écologistes "flirtent de plus en plus dangereusement avec les thèses de l'islamisme radical".

Des propos que n’accepte pas Julien Bayou, secrétaire national d’Europe-Ecologie Les Verts. 

“Je suis scandalisé par ces propos et nous portons plainte pour diffamation contre Marlène Schiappa et Gérald Darmanin. Ces propos sont absolument scandaleux, dénués de tout fondement. En fait, ce sont les services de l’Etat qui filent le grand amour avec cette association. Ils la financent, ils lui confient des missions de sécurité. Moi, je n’ai pas d’élément, mais si une association est dangereuse, on la ferme”, détaille-t-il ce mercredi sur RMC.

"Si cette association est dangereuse, qu'il la ferme"

Il affirme que pour l’instant la mairie de Strasbourg a donné un accord de principe. 

“Ils doivent s’engager sur le respect des lois de la République, c’est évident”, affirme François Bayou.

"Nous avons un gouvernement et son ministre de l'Intérieur et des Cultes qui ment. Jamais il n'a alerté la maire du danger que représenterait l'association qui porte le projet. Pour nous, c'est très clair: si cette association est dangereuse, qu'il la ferme".

Et il ajoute: "Que des ministres usent et abusent des moyens de la puissance publique pour salir leurs adversaires politiques pour des raisons purement électoralistes et/ou pour faire diversion et tenter de déporter le regard de leurs échecs et de leurs carences, nous ne pouvons l'accepter", souligne François Bayou. 

Guillaume Descours avec AFP