RMC

L'avocat des parents d'Alexia Daval décrit un Jonathann Daval "amorphe, zombifié", lors de la confrontation

Jonathann Daval, soupçonné d'avoir tué sa femme Alexia, a fait face pour la première fois depuis son arrestation à sa belle-famille mardi. Jean-Marc Florand, avocat des parents d’Alexia décrit sur RMC ce mercredi matin une personne qui ne "semblait pas concernée".

Jonathann Daval reste en prison. La cour d'appel de Besançon a rejeté mardi une nouvelle demande de mise en liberté de sa part, lui qui est le suspect numéro un du meurtre de son épouse Alexia, qui a fait face pour la première fois depuis sa mise en examen aux parties civiles.

Jonathann Daval, incarcéré depuis janvier à la maison d'arrêt de Dijon, avait fait appel d'un premier rejet de sa demande intervenu le 11 octobre. Mis en examen, il est revenu fin juin sur ses aveux pour accuser son beau-frère Grégory Gay du meurtre.

"Pas un tapotement des mains, pas une expression, il n'y avait que les sourcils qui bougeaient"

Jean-Marc Florand, avocat des parents d'Alexia Daval, était présent lors de cette confrontation et en raconte le contenu ce mercredi matin sur RMC. Il décrit un suspect mutique qui n'a pas décroché un mot de la séance.

"Il était tout à fait amorphe. Aucune parole, aucune émotion. Ce qui m'a frappé c'est qu'il était véritablement zombifié. Pas un tapotement des mains, pas une expression, il n'y avait que les sourcils qui bougeaient."

Il n'a eu aucune parole pour la famille de la victime, mais pas non plus pour les magistrats d'ailleurs comme l'explique l'avocat. "Rien. Rien du tout. A la fin il a bredouillé quatre mots incompréhensibles pour tout le monde."

"Ils espéraient peut-être un mot. Mais là rien, pour personne. Comme si ça ne le concernait pas du tout"

Me Florand explique que les parents d'Alexia Daval ont souffert de cette confrontation.

"Ca a été une étape du chemin de croix de plus pour eux. Ca a été très dur pour eux. C'est la première fois depuis l'arrestation de Jonathann (qu'ils le voyaient). Ils espéraient peut-être un mot ou quelque chose. Mais là rien, pour personne. Comme si ça ne le concernait pas du tout. Je ne m'attendais pas à un dialogue, mais quand même."

En attendant un procès qui pourrait intervenir dès 2019 selon l'avocat, Jonathann Daval devrait rester en prison jusque-là.

"Je ne m'engage pas beaucoup en disant qu'il comparaîtra détenu devant la Cour d'assises. Le procès si ce dossier était clôturé avant Pâques, c'est possible pourrait avoir lieu en 2019."
J.A. avec Bourdin direct