RMC

La folle traque de Moufide Bouchibi, le plus gros dealer de cannabis de France arrêté à Dubaï

EXPLIQUEZ-NOUS - Le plus gros trafiquant de drogue de France vient d'être arrêté à Dubaï. Fin de cavale pour Moufide Bouchibi, l’empereur du cannabis.

MISE A JOUR - Ce mercredi 1er septembre se tient le nouveau procès de Moufide Bouchibi, l'un des plus gros trafiquants de drogue condamné en son absence à 20 ans de prison à Bordeaux en 2015. 

Fin de cavale pour Moufide Bouchidi, l’homme que la brigade des stups rêvait d'arrêter depuis plus de 20 ans, le patron des principaux réseaux d’importation du cannabis Marocain en Europe. On estime qu'avant son arrestation à Dubaï, il en a fait entrer annuellement en France environ 50 tonnes. C’est énorme.

Moufide Bouchidi, dit "la mouf", ne vit plus en France depuis plus de dix ans, caché entre l'Algérie, le Maroc et finalement Dubaï. Il possède des villas de luxe à Marrakech et Agadir, un hôtel de 10 millions d’euros en Algérie, le pays d'origine de ses parents. Et il a placé une partie de sa fortune aux Emirats Arabes Unis. C’est là qu'il a été arrêté dimanche. 

Il y a quelques jours seulement, l’hebdomadaire L’Obs lui avait consacré une longue enquête signée Vincent Monier, le présentant comme insaisissable, ayant échappé miraculeusement à deux tentatives d’arrestations ces dernières années. Visiblement la chance vient de tourner… 

>> A LIRE AUSSI - Saccage de l'Arc de Triomphe: le difficile tri des profils des prévenus

Quel est son parcours ?

C’est un enfant des cités de l'Essonne. Il a commencé par des vols de vélo, vols de chéquiers, cambriolages puis enfin trafic de drogue. 

En 2002, il est arrêté pour la première fois alors qu’il vit à Mulhouse. Les gendarmes saisissent chez lui 240 kilos de cannabis, des armes et des voitures volées. Un premier séjour en prison qu’il agrémente déjà de deux tentatives d’évasion. Il n’a que 22 ans mais un rapport de l’administration pénitentiaire le décrit comme quelqu’un qui se comporte comme un "commercial" avec tout le monde. Il a un vrai sens du commerce ce qui est très utile dans son métier. 

Une fois libéré, "la Mouf" passe à la vitesse supérieure. Il devient spécialiste des "Go-fast", ces livraisons de grosses quantités de drogue dans de puissantes voitures pour traverser l'Espagne et la France en fonçant avec des voitures ouvreuses pour repérer les contrôles… 

Au moins 5 équipes travaillaient pour lui. Communiquant en langage codé, laissant des messages en “brouillon non envoyés” dans les boites mails, utilisant jusqu'à 80 téléphones selon un ordre préétabli. Bref, de sacrés professionnels. 

Longtemps, le jeune dealer a été associé à un autre baron de la drogue

Pendant longtemps, Moufide Bouchidi a été associé à un certain Sofiane Hambli. Originaire de Mulhouse, c’est lui qui lui a tout appris. Seulement en 2009, l’élève a pris la place du maître lorsque Hambli a été arrêté en Espagne. Depuis sa cellule, le maître a alors puni l'élève. Hambli a fait enlever "la mouf” au Maroc. Il a été séquestré et torturé avant de payer 600.000 euros pour sa libération. 

Moufide s’est par la suite vengé en faisant exécuter deux de ses ravisseurs. L’un est mort, l’autre grièvement blessé. Et depuis les deux hommes se haïssent, les deux plus gros trafiquants de drogue de France se font la guerre. Même quand, l’un deux est en prison.

>> A LIRE AUSSI - Vidéo ultraviolente d'une agression d'un ado de 17 ans: 6 mineurs mis en examen pour "violences aggravées" à Bastia

Comment la police a tenté de profiter de cette rivalité? 

C’est là que l’histoire devient incroyable. Lorsque Sofiane Hambli était en prison en Espagne, il a reçu la visite du patron de la Brigade des stups, le commissaire François Thierry qui lui a proposé un marché : devenir son informateur en échange de très importantes remises de peine. Sofiane Hambli a accepté et la collaboration est allée très très loin. Il a par exemple été extrait une fois de sa prison et conduit dans un hôtel pour organiser une livraison de drogue en Espagne. Il est resté à l'hôtel avec les policiers pendant trois jours avant de retourner dans sa cellule à Metz. 

Les policiers ont ensuite surveillé la livraison et suivi la drogue jusqu'à son arrivée dans les cités en France. L'opération a permis de démanteler 6 grosses équipes de trafiquants. 

Une fois libéré comme promis, Sofiane Hambli a encore organisé une autre grosse livraison avec l’accord du commissaire Thierry. Et cette fois c'était bien pour piéger son ennemi. Livrer la drogue au réseau de “la Mouf” pour le faire tomber. 

Trois camionnettes sont arrivées à Paris bourrées de cannabis, et ont été garées dans le 16eme arrondissement de Paris au pied de l’immeuble ou Hambli louait un appartement avec piscine pour 9.000 euros par mois. Seulement, manque de chance, ou bien épisode de la guerre des polices : les douanes avaient repéré le trafic et ont saisi les camionnettes. Les curieuses relations entre le gros dealer et le patron des stups ont alors été révélées. Le policier a été viré et poursuivi pour complicité de trafic de drogue. 

Le dealer a pris la fuite, a été arrêté en Belgique puis relâché au bout de deux ans. Et de nouveau arrêté il y a quelques mois pour un autre trafic et de nouveau relâché au bout de quelques jours seulement. Il semble toujours aussi protégé. Ce que l’on ne sait pas encore, c’est s’il a participé à la localisation à Dubaï de "la Mouf" son pire ennemi.

Nicolas Poincaré