RMC

Le ministère de la Justice vante une hausse des bracelets anti-rapprochements, le syndicat de la magistrature dénonce leur inaccessibilité

D’après le ministère de la Justice, la pose de bracelets anti-rapprochement a augmenté de plus de 65% en trois semaines. Ce qui correspond finalement à 78 bracelets actifs… sur 1 000 disponibles.

La pose de bracelets anti-rapprochement a augmenté de plus de 65% en trois semaines, a indiqué le ministère de la Justice mardi. Alors que plusieurs féminicides ont mis en lumière des failles dans le suivi des conjoints violents, le ministère continue d'insister auprès des magistrats pour qu'ils se saisissent de ce nouvel outil.

Une hausse de 65% en quelques semaines, c'est un chiffre qui peut paraître impressionnant, mais dans les faits, très peu de bracelets sont actuellement utilisés: 78 bracelets sont actifs sur 1000 disponibles. Cela signifie que moins de 8% seulement sont actuellement déployés.

Et c'est bien ce que déplorent les avocates qui défendent des femmes victimes de violences conjugales. Elles n'arrivent pas à en obtenir et se heurtent souvent au refus des magistrats. Ces derniers expliquent que le dispositif n'est généralisé en France que depuis début janvier, les magistrats n'y sont donc pas encore habitués.

Le ministère de la Justice assure pouvoir en livrer autant que possible en 24 heures

Selon le syndicat de la magistrature, il faut un temps d'appropriation. On manque aussi de recul sur cette pratique pour savoir à qui le distribuer en priorité. Car il n'y a que 3 bracelets disponibles dans chaque juridiction, souligne le syndicat, c'est très peu et il faut se coordonner entre services.

Faux, répond le ministère de la Justice qui aimerait bien un plus grand empressement des magistrats. Ils peuvent en distribuer autant qu'ils le veulent, car ils sont livrés en 24h assure-t-on du côté du ministère. Depuis le début de l'année, dans les deux plus grosses juridictions, à Paris et Bobigny, aucun bracelet n'a été déployé déplore-t-on du côté de la place Vendôme.

>> A LIRE AUSSI - Agressions racistes: "Certaines personnes ont mal vécu le confinement. Et là ça pète de partout"

Aurélia Manoli (avec Guillaume Dussourt)