RMC

Le tweet d'une élue de Lyon, qui assurait que la culture du viol était "présente chez les forces de police", signalé à la justice

INFORMATION RMC - Dans un tweet dimanche soir, Marine Chastan, en charge de la petite enfance dans le 8e arrondissement de Lyon, avait assuré que la culture du viol était "présente chez les forces de police".

Un tweet sur la police, des excuses et une polémique en moins de 24 heures pour une élue Europe-Ecologie-les Verts de Lyon. Cette élue du 8e arrondissement de la "capitale des Gaules" a soutenu que "la culture du viol était présente chez les forces de police", en réaction à une manifestation pour la journée des droits des femmes. 

Et le message est resté en travers de la gorge de la hiérarchie de la police lyonnaise. Selon nos informations RMC, le directeur départemental de la Sécurité Publique du Rhône a effectué un signalement au Procureur de la République de Lyon. Mais aucune plainte n'a été déposée.

Dans son tweet dimanche soir, Marine Chastan, qui est en charge de la petite enfance dans le 8e arrondissement, a réagi à la présence d'une pancarte lors d'une manifestation pour la journée du 8 mars, et sur laquelle on pouvait lire "Police Nationale = Scandale". L'élue écologiste a alors expliqué que la culture du viol était "présente chez les forces de police".

>> A LIRE AUSSI - "Je savais qu'il y avait la guerre, mais pas à ce point-là": deux ados grièvement blessés lors d'une rixe entre bandes dans le Val-de-Marne

"C'est scandaleux et diffamant"

Des mots qui ont profondément choqué Ludovic Cassier, représentant du syndicat Unité SGP Police pour le Rhône: "C'est scandaleux et diffamant. Peut-être oublie-t-elle que dans nos rangs il y a des femmes aussi. On peut critiquer notre institution pour qu'elle évolue mais tenir ce genre de propos, non, c'est inadmissible".

Après avoir bloqué son compte suite à des insultes et des menaces, Marine Chastan a présenté ses excuses lundi soir sur Twitter. Auparavant, c'est le préfet délégué à la Sécurité pour le Rhône qui avait dénoncé des propos "inadmissible, diffamant et irresponsable, d'autant plus lorsque ces mots sont prononcés par une élue de la République".

>> A LIRE AUSSI - Violences dans une classe de CP-CE1 en Normandie: les renforts envoyés ne convainquent pas élus et parents d'élèves

-
- © -
Gwenaël Windrestin avec Guillaume Dussourt