RMC

Meurtre d'une octogénaire à Paris: "Je suis choquée, elle ne méritait pas ça" confie une voisine

Trois jours après la mort de Mireille Knoll, 85 ans, dont le corps lardé de coups de couteau et en partie brûlé a été retrouvé dans son appartement incendié, c'est la consternation dans son immeuble et dans la communauté juive.

Deux suspects ont été mis en examen mardi pour "homicide volontaire" à caractère antisémite et écroués dans l'enquête sur le meurtre vendredi d'une octogénaire juive à Paris. Ils ont notamment été mis en examen pour "homicide volontaire à raison de l'appartenance vraie ou supposée de la victime à une religion" et placés en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet de Paris.

Le corps de Mireille Knoll, 85 ans, a été retrouvé en partie carbonisé vendredi peu avant 19H00 dans son appartement du 11e arrondissement où elle vivait seule. Les pompiers avaient été alertés par une voisine après le début de l'incendie. Les policiers se sont rapidement orientés vers la piste criminelle, après la découverte de plusieurs départs de feu dans l'appartement, puis de traces de coups de couteau sur le corps de la victime. Né en 1932 à Paris, Mireille Knoll avait échappé dix ans plus tard de justesse à la rafle des Juifs du Vel d'Hiv' de juillet 1942 en s'enfuyant de Paris avec sa mère. 

"J'exprime mon émotion devant le crime épouvantable commis contre Mme Knoll. Je réaffirme ma détermination absolue à lutter contre l'antisémitisme", a réagi mardi sur Twitter le président Emmanuel Macron.

"Je suis désolée de voir que la communauté juive n'intéresse pas les Français"

Dans l'immeuble de la victime, c'est la consternation. Cette voisine, que RMC a rencontré, vient d'apprendre que l'octogénaire, qu'elle croisait de temps à autre, a été tuée de plusieurs coups de couteau:

"Je suis choquée, choquée. Je suis écoeurée. C'était une dame coquette, toujours avec un rouge à lèvre, souriante, mais discrète. Elle ne méritait pas ça" 

Une émotion très forte également parmi la communauté juive. Un an après le meurtre de Sarah Halimi, une juive orthodoxe de 65 ans tuée à Paris par son voisin en avril 2017. Elle-même de confession juive, Ruth est venue déposer une bougie devant l'immeuble et appelle à la solidarité de l'ensemble du pays:

"Je suis quand même désolée de voir que la communauté juive n'intéresse pas les autres Français, nos concitoyens. Et c'est tout à fait regrettable. Qu'ils soient juifs, musulmans, catholiques, protestants, bouddhistes: on en a rien à faire, nous sommes tous des citoyens de France".

Une marche blanche en souvenir de Mireille Knoll aura lieu mercredi.

Victor Joanin et X.A