RMC

Mort d'une femme lors d'un stage de naturopathie: en quoi consistent ces "stages de bien-être"?

Une femme de 44 ans a été retrouvée morte le 12 août dernier lors d'un stage de naturopathie en Indre-et-Loire. Elle suivait un jeûne hydrique, une pratique qui consiste à ne plus manger pendant plusieurs jours.

C'est en pleine cure de jeûne hydrique qu'une femme âgée de 44 ans a été est retrouvée morte dans sa chambre par les autres participants à un stage de naturopathie à Noyant-de-Touraine au sud de Tours en Indre-et-Loire, a-t-on appris du procureur de la République jeudi.

Selon nos informations, ces stages sont organisés par "un spécialiste du bien-être" depuis 2010. Pendant une à six semaines, moyennant 1000 euros hebdomadaire, les participants suivent un programme de jeûne strict dans un endroit isolé, se privant de nourriture et ne buvant seulement que de l'eau.

"Se nourrir de l'énergie des aliments sans les toucher"

Les journées des participants à ces "stages" commencent à 8h30 et s'achèvent 22h. Elles sont entrecoupées de promenades matinales, de méditations à la place des repas et de documentaires sur le bien-être naturel. Le tout sans repas donc.

Un des participants raconte par exemple que pendant l'un de ces stages, il ne s'est nourri que de l'énergie des aliments sans jamais les toucher.

Ce type de stage est légal, mais plusieurs associations alertent sur les dangers qu'ils peuvent provoquer. Concernant le décès survenu lors du stage en Indre-et-Loire, aucune trace de violence n'a été retrouvée sur le corps de la victime. Les enquêteurs doivent maintenant évaluer la part de responsabilité des organisateurs et déterminer s'ils ont commis d'éventuels manquements.

>> A LIRE AUSSI - Incendie dans le Var: ce que l'on sait des deux personnes retrouvées mortes

Anne-Lyvia Tollinchi (avec Guillaume Dussourt)