RMC

Nomination de Gérald Darmanin à l'Intérieur: "Bien sûr qu'il y a un problème!", assure Ségolène Royal sur RMC

Ségolène Royal était l'invitée du "Grand Oral" des "Grandes Gueules" de RMC ce mercredi 8 juillet 2020. Elle est revenue sur l'arrivée de Gérald Darmanin au poste de ministre de l'Intérieur.

L’arrivée au ministère de l’Intérieur de Gérald Darmanin fait grand bruit. Car l’ancien ministre du Budget est actuellement visé par une plainte pour viol. Sur RMC ce mercredi, Ségolène Royal a estimé que c’était "un gros problème", alors qu’une manifestation devant le ministère de l’Intérieur a déjà eu lieu mardi au moment de l’intronisation de Gérald Darmanin.

"Bien sûr que c’est un problème. J’ai aussi une pensée pour Marlène Schiappa qui est désormais aux côtés d’un ministre accusé de viol, même s’il y a bien sûr la présomption d’innocence. Pour savoir si c'est un problème ou pas il faut se poser une question: est-ce qu’une enquête judiciaire sur un ministre pour emploi fictif aurait empêché sa nomination ? c’est évident! Donc visiblement un viol c’est moins grave", a dénoncé sur le plateau des "Grandes Gueules", l'ancienne ministre de l'Ecologie.

Le nouveau ministre de l'Intérieur évoque une relation consentie

Et le problème est d'autant plus important selon elle, que Gérald Darmanin pourrait influer sur l'enquête en cours: "Il va être autorité hiérarchique des policiers qui vont enquêter sur son cas. C’est ça qui trouble. Par ailleurs lors de la passation de pouvoir, il n’a pas eu un mot sur Marlène Schiappa. Il l’a totalement ignoré", a ajouté Ségolène Royal.

Les faits concernant Gérald Darmanin remontent à 2009, la première plainte pour viol a été déposée en 2017. La plaignante assure que l'ancien maire de Tourcoing lui aurait fait miroiter son appui auprès du ministère de la Justice, en échange de faveurs sexuelles. À l'époque, Gérald Darmanin avait reconnu une relation consentie avec cette femme. D'abord classée sans suite en 2018, la procédure a été relancée mi-juin par la cour d'appel de Paris qui demande de nouvelles investigations.

Comme Ségolène Royal, les avocates de la plaignante redoutent que l'arrivée de Gérald Darmanin à l'Intérieur influe sur l'enquête. Du côté de l'Elysée, on estime a contrario que cette plainte n'est "pas un obstacle" à la nomination de Gérald Darmanin place Beauvau. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a défendu mardi la présomption d'innocence pour son collègue.

Guillaume Dussourt